L'actualité en continu du pays de Brive


Le 15 août, Brive commémore sa libération

Il y a 76 ans, le 15 août 1944, Brive se libérait par ses propres moyens de l’occupant allemand. Elle fut la première de France. Deux témoins de cet épisode historique participeront d’ailleurs à la principale cérémonie qui se tiendra ce samedi place du 15 août à 11h20. Port du masque obligatoire.

C’est une matinée marathon qui attend dès 7h45 les porte-drapeaux et officiels avec une dizaine de dépôts de gerbes programmés au pied de différentes stèles à travers la ville (voir le programme plus bas). il n’en fallait pas moins pour rendre hommage à tous ces résistants qui ont permis à Brive d’être la première ville de France à se libérer par ses propres moyens. Ce qui lui a valu de recevoir la croix de guerre figurant en bonne place sur le blason. Deux témoins de libération seront présents à la cérémonie devant le ‘caillou”, place du 15 août. Deux anciens résistants de l’Armée secrète: le capitaine Gérard Coulon, bataillon As de carreau et René Dubois, bataillon As de trèfle.

Hommage sera ainsi rendu aux femmes et hommes qui se sont engagés dans ces heures les plus sombres de l’histoire. Certains jusqu’au sacrifice ultime. L’Histoire est ainsi faite de ces parcours fauchés par le destin. Pierre Chaumeil était l’un d’eux. Il a été fusillé par les Allemands le 17 juillet 1944 à la carrière des Pierrières, peu de temps avant que Brive ne bascule dans la joie de sa libération. Il avait 27 ans. Sa lettre d’adieu, comme d’autres textes, seront lus par des élèves d’établissements scolaires et du Conseil municipal des jeunes qui participeront également aux dépôts de gerbes et à la flamme de l’espoir. Car ces commémorations, outre l’hommage rendu, n’ont de sens que par leur enseignement, afin de ne surtout pas se laisser emporter par les mêmes affres, afin de ne pas voir l’obscurantisme et l’intolérance reprendre à nouveau le pas sur notre part d’humanité.

Le programme des cérémonies:

  • 8h, stèle du docteur François LABROUSSE (à côté du lycée d’Arsonval)
  • 8h15, stèle Guedin-Vaujour (Trois Provinces)
  • 8h45, plaque de l’Esplanade des Frères Malraux (parvis de la gare SNCF)
  • 9h, stèle des cheminots dans le hall de la gare SNCF
  • 9h15, stèle square des Justes (à proximité du Square Champanatier et de la Stèle Edmond Michelet)
  • 9h30, stèle Edmond Michelet, place de la Liberté
  • 9h45, plaque, rue lieutenant-colonel Farro
  • 10h, office religieux en la collégiale Saint-Martin
  • 11h20, cérémonie à la stèle du 15 août 1944.

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire