L'actualité en continu du pays de Brive


L’avenir touristique du bassin de vie de Brive

Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches1pano

Une étude sur le bassin de vie de Brive, commandée par l’EPCC Les Treize Arches, était rendue publique ce matin au théâtre. Cette étude réalisée par l’UBIC, l’Université Bordeaux Inter-Culture, fait une photographie des atouts et des faiblesses du bassin de Brive en terme d’attractivité, entre autres touristique. Un document de travail et de réflexion qui conforte les élus dans leur vision d’un avenir se construisant à l’ouest, en direction de la Dordogne.

 

Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches4“C’est un enjeu sociétal pour les 20 prochaines années que nous arrivions, ensemble, à construire un territoire, avec du contenu, qui renforce notre attractivité”. Frédéric Soulier, entouré des maires de Naves, Montignac et La Chapelle aux Saints et de Jean-Marc Comas, adjoint à la culture, a réaffirmé cette volonté de construire des projets en allant vers l’ouest, vers la Dordogne, et de créer ainsi les conditions d’une économie culturelle.

Au centre de cette volonté, il y a “la vallée de la préhistoire. De Brive à Montignac”. C’est “un vrai projet culturel auquel nous croyons beaucoup” a souligné le maire de Brive, avis partagé par les maires des autres communes. “Ecrire l’histoire de la préhistoire est une richesse culturelle très intéressante à dérouler”. Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches3C’est vrai qu’entre Lascaux 4 qui ouvre bientôt à Montignac, La Chapelle aux Saints et ses richesses néandertaliennes, Tintignac et ses formidables découvertes gallo-romaines, “nous sommes assis sur des trésors historiques qu’il convient, par notre coopération, de mettre en avant pour développer l’attractivité de ce territoire” a t-il souligné. A Brive, sans trop dévoiler les projets, il semble que le musée Labenche pourrait connaître une nouvelle vie à travers ce projet de vallée de la préhistoire.

Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches2L’étude réalisée par l’université de Bordeaux est une photographie des atouts et faiblesses de ce territoire et notamment du bassin de Brive. Il en ressort notamment que Brive est une ville phare. Poumon et locomotive économiques, son aire urbaine est étendue, tournée vers le sud-ouest et fait la jonction avec celle de Tulle. Cette orientation vers la Dordogne semble de plus en plus importante au fil des ans, sans toutefois rejoindre les territoires les plus isolés au cœur de la vallée de la Vézère. Brive reste cependant, sur l’est de ce département, le sud de la Haute-Vienne et le nord du Lot, un pôle majeur en terme d’emploi, d’économie, d’infrastructures diverses et en matière de santé.

Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches5Au niveau touristique, c’est pour l’instant plus délicat. La ville connait un déficit d’offres culturelles touristiques majeures en comparaison avec les 2 poids-lourds en la matière que sont la Dordogne et le Lot. Les sites touristiques brivistes attirent peu et très largement dans les limites seules de l’agglomération. C’est pour développer et structurer une offre globale et cohérente que cette collaboration avec d’autres sites, à l’ouest, s’avère nécessaire. De leur côté, Lascaux ou La Chapelle aux Saints, malgré une fréquentation importante, ont eux aussi besoin de coopérer avec une ville comme Brive, seule capable d’offrir un aéroport ouvert sur l’Europe, un nœud routier très porteur et des structures d’hébergement conséquentes.

Echange, collaboration, c’est un “laboratoire du territoire” que souhaite Frédéric Etude sur le bassin de vie de Brive EPCC 13 arches6Soulier. Pour Brive, cette connexion avec les bassins touristiques majeurs que sont le Lot et la Dordogne devrait permettre la création d’un grand axe de développement, “une sorte de colonne vertébrale” de ce que doit devenir le territoire. Le projet SPôTT, projet de structuration des pôles touristiques territoriaux, en sera un outil majeur. Il permettra une complémentarité des projets culturels qui pourra attirer davantage de touristes, et notamment européens.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire