L'actualité en continu du pays de Brive


L’Agglo de Brive inaugure sa centrale solaire

43.308 panneaux épousant l’ondulation des pentes. Impressionnant! Le champ photovoltaïque s’étend sur 26 hectares à Saint-Pardoux-l’Ortigier, près du carrefour des deux autoroutes A20/A89. La centrale solaire a été inaugurée en fin de matinée. Installée et exploitée par Engie Green, elle fournira l’équivalent de la consommation électrique de 13.700 personnes. Un atout supplémentaire vers la transition écologique et l’autonomie énergétique.

 

“Le soleil pousse bien à Saint-Pardoux”, a plaisanté la maire Martine Dumont. “C’est une mise en lumière extraordinaire pour notre commune qui s’inscrit dans, non pas l”utile, mais l’indispensable volonté de transition écologique.” Certes, l’implantation aura soulevé de légitimes questions. “La démarche a respecté l’environnement, les zones boisées, humides. Les riverains se sont appropriés cette réalisation et la portent avec autant de fierté que nous”, a insisté la maire qui a comparé à “un colibri” cette initiative locale à l’échelle de l’effort national.

“Alors un gros colibri“, a rebondi Nicolas Guiliano, directeur du développement Engie Green “car les énergies renouvelables commencent à peser et représentent aujourd’hui 22% des énergies totales”. Le groupe, leader français de l’éolien et du solaire en MW (mégawatt) installés, a implanté rien qu’en Nouvelle Aquitaine, 30 centrales pour une puissance de 150MW dont 76 en Corrèze. Et il prévoit de mettre en service 100 MW supplémentaires cette année. Une stratégie dans laquelle le géant français prône son label TED, acronyme pour Transition énergétique durable qui s’appuie sur “le dialogue avec les parties prenantes, la préservation de l’environnement et la lutte contre le changement climatique”. “Ce parc photovoltaïque inauguré ensemble aujourd’hui est une belle illustration de notre label, un projet vertueux, harmonieux et local.”

Le développement du projet s’est notamment déroulé en accord avec les instances agricoles. Parmi les mesures: rétrocession de 20 hectares pour de l’exploitation agricole, conservation de la majorité des boisements du site, des zones humides à enjeux environnementaux, la mise en place d’un corridor écologique séparant le parc. Une haie va être implantée à l’automne le long de la départementale en bordure du site. Un partenariat a également été établi avec un éleveur pour assurer le pâturage ovin de la zone. Et l’on pouvait d’ailleurs apercevoir des moutons en action sous les panneaux.

“Ce projet, par ses dimensions inédites, s’inscrit pleinement dans les objectifs d’autonomie énergétique de l’Agglo“, s’est félicité son président Frédéric Soulier. “Il complète les autres initiatives, c’est une brique de plus dans le mix énergétique. Tout sauf l’éolien qui n’est pas une stratégie majeure pour notre territoire”, a-t-il exclu. “Développer les énergies propres tout en réduisant notre consommation finale”, a-t-il rappelé en visant “une couverture de 30% de nos besoins par les énergies renouvelables d’ici 2030”. Pour lui un juste équilibre à trouver entre croissance verte et sobriété énergétique “pour que notre territoire puisse grandir et se préserver”.

Le montant global de l’investissement est quant à lui de 16 millions d’euros. Avec déjà des retombées économiques pour les entreprises locales qui ont participé aux terrassements, à la construction et à l’aménagement du site. L’Agglo propriétaire des terrains, bénéficiera aussi de retombées locatives pour la mise à disposition des terrains à Engie Green.

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

16 + 9 =