L'actualité en continu du pays de Brive


L’Afrique en stage triathlon à Brive

Tunisie, Sénégal, Namibie, Ghana, Zimbabwe. Ils sont 19 garçons et filles venus participer avec leurs entraineurs respectifs à un stage d’une semaine avant de s’aligner dimanche au Triathlon du pays de Brive. Un enjeu de taille pour ces jeunes âgés de 16 à 18 ans. Leur génération a en ligne de mire les prochains JOJ (Jeux olympiques de la jeunesse) qui se dérouleront en 2022 pour la première fois sur le sol africain, à Dakar au Sénégal.

La voie avait été ouverte l’an dernier avec un premier stage rassemblant quelques jeunes fédérations membres de la FRATRI. Cette association des pays francophones de triathlon a été créée il y a seulement 5 ans, sous l’aile de la fédération internationale de triathlon (ITU) afin de développer la pratique dans ces pays et bénéficie de l’accompagnement bienveillant et de l’expertise de la fédération française et notamment de son président briviste Philippe Lescure. “Un moyen aussi pour les pays francophones d’avoir du poids à l’international“, glisse Laurent Massias, DTN adjoint et responsable sportif des projets FRATRI. Lui aussi Briviste.

Laurent Massias se rend régulièrement dans ces pays pour encadrer des stages et surtout former les entraineurs. “Le premier frein, c’est l’argent”, reconnait-il. Ces fédérations comptent peu de licenciés. “Chacun de ces pays dispose de 4 ou 5 bons triathlètes et leurs compétitions rassemblent tout au plus une trentaine de participants. L’intérêt de ce stage est de créer l’émulation et de pousser leur niveau.” Le DTN a déjà constaté les progrès réalisés chez les jeunes déjà présents l’été dernier. “Cette année, nous avons également ouvert ce stage aux pays africains anglophones.”

Pendant cette semaine, tous ces triathlètes, avec parmi eux des champions nationaux, profitent ainsi du potentiel de la piscine municipale, de la piste d’athlétisme au stade Lapeyre, du lac du Causse et des jolis parcours environnants.Ils sont d’ailleurs logés aux gites qui dominent le plan d’eau. “C’est la première fois que nous venons et pour nous ce qui est très positif est de pouvoir s’entrainer avec d’autres triathlètes”, déclare Zakaria Abdul-Rauf, l’entraineur ghanéen.

“Le stage est très bénéfique, autant pour les athlètes que pour l’entraineur. Il permet de constater les progrès”, assure l’encadrant tunisien Issam Meili. “Malgré ses 3 ans d’existence,  notre fédération  se structure bien et nous pouvons aligner des équipes.” Pour l’entraineur tunisien Ousseynou Gueye, “l’essentiel est de participer et de s’améliorer. Ça fait seulement 4 ans que nous avons démarré la discipline, elle ne compte pour l’instant pas beaucoup de triathlètes, environ 70 pratiquants de tous âges. Notre objectif est d’avoir une équipe de bon niveau, notamment pour les JOJ que nous accueillerons en 2022.”

Les athlètes étrangers suivent un programme intense qui enchaine les trois disciplines. Cet après-midi, les jeunes du Brive Limousin triathlon vont se joindre à eux sur leur entraînement vélo et amicalement en découdre sur quelques belles bosses du causse corrézien. Les Africains concluront d’ailleurs ce stage en participant tous à la 32e édition du Triathlon du Pays de Brive organisé par le club et qui se déroulera ce week-end, samedi 22 et dimanche 23 juin au lac du Causse (consulter notre article Ce week-end, mettez-vous au triathlon).

“Ils s’aligneront sur le format S qui sera d’un très bon niveau puisque c’est un championnat de France universitaire. Ils prendront le départ avec 150 autres triathlètes, dans des conditions réelles. Ce sera pour eux une expérience enrichissante. L’année dernière, le meilleur avait terminé 21e. Ils se sont entrainés et ont bien progressé, je pense que 5 ou 6 d’entre eux peuvent grappiller quelques places et même finir dans les 15 premiers“, estime Laurent Massias. Encore un stage et une compétition d’envergure qui devraient en tout cas peser de façon dans le dossier de candidature que Brive constitue pour être reconnu centre de préparation Paris 2024.

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

2 commentaires

Laisser un commentaire