L'actualité en continu du pays de Brive


La zone d’activités du Fourneault inaugurée

Une nouvelle zone d’activités inaugurée cet après-midi, celle du Fourneault, d’une surface de 12,5ha. Seulement la moitié sera commercialisée. L’autre partie est confrontée à un problème hydrogéologique. “Je dois préciser que la décision de  créer cette zone d’activité ici a été prise par nos prédécesseurs. Je ne suis pas sûr que nous aurions pris la même”, a d’emblée souligné le président de l’Agglo Philippe Nauche. Néanmoins, 9 lots de 2.200 à 15.000 mètres carrés seront vendus. Une entreprise est déjà sur les rangs pour l’achat d’une parcelle de 2.745 mètres carrés.

inauguration zone du fourneault2Cette zone, située aux portes de la ville, proche du Parc d’entreprises de Brive-Ouest (PEBO), permettra de répondre à des demandes d’artisans qui n’ont pas besoin nécessairement de grandes superficies. Ce nouveau secteur d’activités se veut aussi en cohérence et en complémentarité des zones d’activités situées à l’ouest de Brive.

Une zone d’activités qui répond aussi à une volonté de qualité environnementale déployée par l’Agglo. Cette zone du Fourneault est résolument durable, les limites ont été végétalisées et ce sont près de 2.000 végétaux qui ont été plantés pour isoler les habitations les plus proches. Dans cette logique de développement économique durable, un bassin de rétention des eaux pluviales est mis en place. L’éclairage, à intensité variable, permettra des économies d’énergie au même titre que les candélabres photovoltaïques.

Cette zone va bénéficier aussi d’une connexion au réseau de transports en commun pour limiter les déplacements en voiture. L’utilisation du vélo est aussi encouragée avec des liaisons cyclables. Une zone en phase avec les nouvelles exigences environnementales. Ce qui a fait dire au président de l’Agglo Philippe Nauche: “Cette zone d’activités est un petit bijou au sens premier du terme au vu de son coût pour la collectivité: plus de 4 millions d’euros au total”.

Une somme considérable qui s’explique par les difficultés rencontrées sur le terrain, notamment un problème d’infiltration d’eau. “Un coût que nous n’aurions pas pu supporter sans l’aide de nos partenaires privilégiés que sont l’Etat et la Région Limousin”, a ajouté encore Philippe Nauche. L’aide de l’Etat est de 20%, celle de la Région de 10% du montant global de l’investissement.

L’occasion aussi, pour Philippe Nauche, d’en remettre une couche sur les conséquences de la réforme de la taxe professionnelle: “Il nous est plus compliqué de pratiquer une certaine forme de retour sur investissement pour de telles réalisations, les entreprises ne contribuant plus aussi directement, et de façon aussi sonnante et trébuchante si j’ose dire, au développement du territoire“.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire