L'actualité en continu du pays de Brive


La Ville de Brive veille sur ses aînés

Photo CCAS

Confinement oblige, les résidences autonomie de la Ville ont fermé leurs portes aux visites pour protéger ses résidents âgés. Le personnel redouble d’attention. Même chose pour les soins infirmiers et le portage de repas à domicile. Avec une belle solidarité entre services municipaux pour assurer le roulement.

“Le CCAS poursuit sa mission au bénéfice des plus fragilisés, mais il a du forcement adapter son fonctionnement face aux mesures mises en place pour lutter contre le Covid-19”, explique Chrystelle Bidault, responsable du pole autonomie.

En résidences autonomie, les portes se sont verrouillées par mesure de protection. “Il n’y a plus de visites en dehors du personnel médical et des aides à domicile, ni d’intervenants extérieurs pour les animations. Les résidents ont interdiction de sortir et donc ne peuvent plus faire de courses. Les aides ménagères ne viennent plus faire le ménage ou le linge, elles ne peuvent faire que les toilettes simples et la prise de repas. Nous avons renforcer également les mesures d’hygiène dans toutes nos structures. C’est une charge de travail plus importante et un stress énorme, donc on fait tourner les équipes.”

Heureusement, des agents volontaires sont venus en renfort. “Il y a une réelle solidarité entre services municipaux pour assurer la continuité auprès de nos résidents et bénéficiaires.” Des volontaires qui viennent majoritairement du personnel municipal des écoles et centres socioculturels fermés. “Ils sont formés et peuvent assurer l’animation, seulement en groupe très restreint, le ménage, la remise en température des plats, le service repas…” La mission est recentrée sur les prestations essentielles. Alors forcément, pour adoucir ce confinement, tout passe par davantage d’attention, de bienveillance, le regard pour rassurer les résidents.

Le SIAD, Service des soins infirmiers à domicile, a lui aussi reçu du renfort venu du personnel des structures de petite enfance, elle aussi fermées. Pour le portage des repas à domicile qui a connu une forte demande, les volontaires viennent de tous les services municipaux.

Pour les séniors isolés, le CCAS a mis en œuvre les dispositions équivalentes au plan canicule avec une attention particulière portée aux personnes inscrites sur ce registre recensant les personnes âgées, handicapées ou isolées qui pourraient se retrouver d’autant plus fragilisées. Toutes les personnes référencées sont recontactées par un agent pour faire un point sur leur situation. “Nous en avons 246 et nous les appelons deux fois par semaine. Si elles ne répondent pas, nous déclenchons le service d’hygiène et de sante et la police municipale pour qu’ils se rendent sur place.”

Le CCASS de la rue Berlioz est fermé au public mais il assure un accueil téléphonique au 05.55.17.71.82. “Les personnes sont orientées selon leur problématique.” De la même façon, les personnes qui relèvent du CLIC (Centre local d’information et de communication, NDLR) sont également toujours suivies”, précise Céline Bories, responsable de l’accompagnement social. “Elles sont un peu moins de 1600. Nous les appelons régulièrement pour vérifier l’état de leurs besoins. Nous sommes 9 pour nous répartir tous les appels. “Tout comme l’action “Une visite, un sourire” menée avec les associations auprès de 114 personnes. “Il n’y a bien évidemment plus de visites à domicile, mais nous préservons le lien en les appelant.” Un travail de l’ombre, invisible, mais qui n’en est pas moins essentiel.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire