L'actualité en continu du pays de Brive


La réhabilitation du premier bâtiment à Brune est lancée

C’est parti pour 18 mois de travaux sur le premier des trois bâtiments de l’ancienne caserne, côté rue d’Espagnac. Sans être dénaturé, il sera prolongé sur l’arrière par trois extensions et accueillera des logements et une résidence autonomie. Ce matin, la pose symbolique de la première pierre a permis de faire le point sur le projet.

Malgré la pluie battante qui a contraint la cérémonie à se réfugier sous tentes, les sourires étaient de mise. Car il en aura fallu du temps pour voir en ce jour le déclenchement de cette première étape. “Sept ans ! Le projet était complexe et nous avons pris le temps de bien faire les choses, de préserver le passé et le coller au présent“, a rappelé le maire Frédéric Soulier.

Il n’était pas en effet simple de transformer “un bâtiment construit il y a plus de 144 ans, posé quasiment sur du sable, avec beaucoup de murs porteurs, ce qui complique la rénovation” et qui s’inscrit dans une dimension patrimoniale.

Un défi qu’a su relever à l’évidence l’architecte Clémence Radovitch. “L’idée était de marier l’ancien avec de nouvelles constructions sans dénaturer ce patrimoine, d’établir une dialogue avec le bâtiment du 19e siècle, marqué par sa fonction militaire, sa volumétrie, ses plafonds hauts de 3 mètres. L’objectif était de garder l’esprit architectural tout en lui donnant une nouvelle fonction de logements modernes.”

Du bâtiment Auterive, resteront les murs. L’espace intérieur va être redistribué sur davantage de niveaux. Dans le jargon architectural, du R4 + “attique”, terme désignant un étage au sommet d’une construction, plus étroit que l’étage inférieur. En clair, il y aura 5 niveaux que ce soit sur l’ancien bâtiment lui-même en gagnant sur les combles comme sur les trois extensions ajoutées à l’arrière, côté rue d’Espagnac avec des ilots de verdure.

“Nous avons retravaillé les niveaux de planchers, agrandi les ouvertures de fenêtres pour rester dans la continuité et apporter de la luminosité. Nous avons gardé la corniche en pierre caractéristique et le même style d’ouverture sur les extensions.” Un travail subtil pour conférer à l’ensemble une même identité.

Cette réhabilitation offrira 95 logements en résidence autonomie pour seniors et 28 logements sociaux de T1 à T3. Au rez-de-chaussée, des locaux communs avec salon, salle de sport, salle à manger. “La volonté est de créer un lien fédérateur, intergénérationnel.”

“C’est un projet ambitieux, au cœur de Brive”, se félicite Jacques Rubio, président de Kalilog, filiale du groupe Kaufman et Broad, qui porte cette réhabilitation d’un montant de 12 millions d’euros et qui rassemble plusieurs partenaires. “Il est intégré dans le quartier, ouvert sur lui pour devenir un lieu de vie, dans l’esprit de bâtir une ville plus naturelle, plus apaisée afin que résidents et riverains puisse ensemble en bénéficier.”

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire

3 + 15 =