L'actualité en continu du pays de Brive


La puériculture attire de plus en plus

Véritable engouement, recherche d’un secteur qui recrute, les métiers de la puériculture attirent beaucoup plus de monde qu’il n’y a de places. L’institut de formation des auxiliaires de puériculture à Brive le vérifie année après année.

L’IRFSS, qui se trouve dans les locaux de la Croix-rouge boulevard Anatole France, n’a pas désempli hier après-midi. L’institut de formation organisait des portes ouvertes et les futures candidates auxiliaires puéricultrices, car il s’agit essentiellement de jeunes femmes, se sont succédé sans discontinuer pour se renseigner, s’informer et rencontrer professeurs et élèves.

L’institut ne connait pas de pénurie en matière d’élèves malgré un coût de formation qui se monte, suivant les aides, à environ 3.500 euros. Chaque année, le nombre de candidates au concours d’entrée, qui se déroule en mars, ne cesse d’augmenter, et de façon importante depuis 4 ans, pour atteindre l’an dernier 500. Un chiffre qui devrait augmenter encore cette année pour atteindre 600 candidats, voire plus, pour seulement 35 places.

La sélection est donc ardue. Elle se fait sur concours. C’est une des raisons pour lesquelles, de plus en plus, on trouve sur ces bancs des jeunes femmes diplômées bac + 2 ou +3, alors que le niveau requis est normalement le BEP. Il faut dire que cette formation est très attractive car elle se fait en seulement 10 mois et surtout parce que la totalité des jeunes trouve un travail dans les 3 mois suivants la fin des cours. Une situation rare par les temps qui courent.

La scolarité se fait en alternance entre cours à l’institut et stages dans des services de puériculture. Des stages très importants et formateurs qui occupent 24 semaines sur les 41 que compte la formation. Les auxiliaires de puériculture doivent en effet acquérir une foule de compétences. On ne s’occupe pas de la même façon d’un nourrisson prématuré et d’un adolescent polyhandicapé. De plus, au-delà d’un rôle technique dans le quotidien de leur métier, les auxiliaires doivent également jouer un rôle relationnel très important vis-à-vis des enfants et de leurs familles. Autant dire qu’en seulement 10 mois, la formation se veut riche et dense.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire