L'actualité en continu du pays de Brive


La maternelle Saint-Germain fait sa Grande lessive

Lorsqu’on fait une lessive, on étend généralement son linge dehors en l’accrochant avec des pinces sur une corde. C’est le principe dont s’inspire cette opération sans frontières qui a lieu ce 28 mars et baptisée La Grande lessive. Sauf qu’à la place du linge, il s’agit d’art éphémère sur un support A4. La maternelle Saint-Germain y participait pour la deuxième fois, avec quelques grands d’élémentaire. Une édition haute en “couleur”.

C’est de l’art participatif fait par qui veut bien tout autour de la terre. Une sorte de communion symbolique un jour J à travers les 5 continents. Créé en 2006 par la plasticienne Joëlle Gonthier, cet événement a lieu deux fois par an, en mars et en octobre. Plus de 10 millions de personnes de 116 pays y ont déjà pris part. Ce 28 mars, des cordes avaient été installées dans la cour de récré de la maternelle Saint-Germain pour y suspendre les dessins préparés en classe. Toute l’école a été mobilisée pour l’opération. “Chaque enfant de maternelle, même les plus petits, a fait son dessin”, explique la directrice Christine Santos. “Ceux d’élémentaire qui suivent les ateliers périscolaires à la pause méridienne y ont aussi contribué.” Au résultat quelque 200 dessins flottent toute la journée au grès du vent.

Chaque enseignant a décliné en classe le thème de cette édition, la couleur, en tenant compte de l’âge des enfants. Certains ont travaillé sur support papier, d’autres en tissu. Les uns ont fait des projections de couleurs, certains les ont mélangées, d’autres ont eu recours au collage, au travail en volume… “C’est la journée des enfants et ce sont eux qui ont accrochés les dessins. Chacun a également signé son œuvre.” Arthur et Maëlle ne sont pas peu fiers de montrer leurs versions d’Elmer l’éléphant. “C’est une journée de fête et d’échange. Nous avons invité toutes les classes de l’élémentaire à venir voir les dessins. Ils vont rester accrochés jusqu’à demain 10h. L’an dernier, nous les avions décroché sous la pluie, tout était abimé”, se rappelle la directrice. “Cette année, on espère bien les conserver, même si c’est une action éphémère.”

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

Laisser un commentaire