L'actualité en continu du pays de Brive


La halle alimentaire prend forme

Son ossature désormais visible interpelle les passants. La halle alimentaire prend forme place de Lattre de Tassigny. Elle ouvrira fin octobre début novembre prochain. Un réel enjeu pour l’attractivité du centre-ville.

“Il y avait besoin de ce nouvel équipement”, assure Jean-Luc Souquières, conseiller municipal en charge des affaires agricoles, foires et marchés. “Les études montrent clairement, notamment celle financée par la Caisse des dépôts et consignations, que l’offre alimentaire en centre-ville était insuffisante pour lui donner l’attractivité nécessaire. Les gens ont besoin de trouver au même endroit avec certitude du pain, du poisson, de la viande, des fruits, des légumes… À défaut, ils sont tentés d’aller aux extérieurs pour leurs courses du quotidien. Cette halle a pour vocation de faire revenir une population en ville qui bénéficiera à tous les commerçants, j’en suis persuadé.” Pour le maire Frédéric Soulier, ce nouvel équipement pourrait être “une locomotive pour attirer de nouveaux consommateurs en centre-ville”. Le projet structurant a d’ailleurs été inscrit dans la Page urbaine et a bénéficié d’un accompagnement conséquent de l’État pour 1,5 million d’euros, mais aussi de la Région et du Département. “Les 3,6 millions d’euros TTC sont subventionnés à hauteur de 71%”, se félicite Jean-Luc Souquières.

“La halle crée déjà une dynamique avant même d’être ouverte puisque certains commerçants alentour prévoient déjà d’ouvrir les dimanches matins, comme la halle. Depuis que son architecture est visible, elle est devenue plus concrète.” Pour l’heure, l’ossature donne juste un aperçu de la future halle. Elle conjuguera parement en brasier, huisseries en alu, bois au dessus des étals et toitures végétalisées. Des choix qui permettront à la structure de s’autoréguler. D’être en quelque sorte “bioclimatisée“. Les matériaux et le toit végétalisé permettront de maintenir une température sans chauffage ni de clim et contribueront à la faible consommation énergétique. Les portes seront équipées d’un rideau d’air chaud l’hiver et d’air fais l’été pour éviter les déperditions. Douze des 17 entreprises intervenant sur le chantier sont locales. L’architecte est également Briviste.

Quand ouvrira-t-elle?

“La livraison aux commerçants se fera à partir du 1er septembre”, annonce Jean-Luc Souquières. “L’ouverture est prévue entre le 15 octobre et le 1er novembre, en fonction de l’agencement des étals.”

Qu’y trouvera-t-on?

La halle alimentaire accueillera une gamme large de métiers de bouche, boulanger, boucher charcutier, poissonnier, fromager, caviste, traiteur, primeur, chocolatier, produits autour de la pomme et de la truffe, marchand de produits italiers… “Il y a un mélange intéressant. Certains ont déjà une activité en ville qu’ils se sont engagés à conserver. D’autres s’implantent avec des choses qui n’existaient pas à Brive. Pour tous, nous avons eu une exigence de qualité, dans la provenance des produits frais ou transformés…” Il y aura également un marchand de journaux (celui installé place Winston-Churchill qui se délocalise) et un fleuriste qui bénéficieront d’un accès indépendant avec des horaires d’ouverture plus étendus, ainsi qu’un espace réservé aux animations et programmations ponctuelles. Par ailleurs, il n’était pas question pour la Ville de démarrer le projet sans avoir à ses côtés des commerçants : “plus de 80% des étals étaient ainsi réservés avant le lancement des procédures”.

Quels seront ses horaires?

  • du mardi au vendredi de 7h30 à 14h, samedi de 7h30 à 20h (avec une nocturne une fois par mois jusqu’à 22h) et dimanche de 9h à 14h pour les métiers de bouche
  • du mardi au vendredi de 7h30 à 19h, samedi de 7h30 à 20h et dimanche de 9h à 14h pour le marchand de journaux et le fleuriste.

Comment fonctionnera-t-elle?

“La halle compte 24 étals de 13m2, certains commerçants en ont pris un seul, d’autres s’étendent sur deux voire trois. Il n’y a pas de mauvaise place car la configuration a été pensée afin que tous soient visibles. Ils seront dos à dos, face à face et les cloisons ne dépasseront pas 1,50m.” En tout, sur les 900m2 d’implantation, 380 sont dédiés à l’espace commercial. La halle disposera de 4 entrées: une face au boulevard, deux latérales et une à l’arrière donnant de plein pied sur les jardins. Les étals seront desservis par une allée principale de 5m de large et des allées de circulation de 2,5m.  “Il n’y aura pas de restaurant ou de bistrot, mais il sera possible de se restaurer. Nous avons prévu du mobilier fixe en mange debout et une table pour les personnes en fauteuils roulants. À l’extérieur, il y aura aussi un espace avec des chaises Luxembourg et des tables basses côté square.” Un espace enfants est également prévu à l’intérieur de la halle. Côté fonctionnement, l’accueil sera assuré par un agent municipal du service des affaires agricoles, mais l’animation sera organisée et prise en charge par l’association des commerçants de la halle qui s’est déjà structurée atour d’un président, Pierre Chevallier, caviste de Chai Pierre.

Et le marché?

Déplacé de quelques mètres pendant la durée du chantier, il reviendra sur la place de Lattre de Tassigny. Le chantier a permis de repenser les installations mises à disposition des non sédentaires avec une configuration différente et de nouveaux boîtiers électriques. Les étals seront disposés devant la halle et sur les deux côtés. À noter aussi que l’ascenseur existant sera déplacé pour que les usagers du parking souterrain aient un accès direct sur une des entrées latérales.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire