L'actualité en continu du pays de Brive


La gériatrie de l’hôpital de Brive apporte son appui aux Ehpad

Face au Covid-19, le pole gériatrie de l’hôpital de Brive s’est organisé: il dispose d’une unité spécialisée pour accueillir les patients touchés par le virus et a mis en place une plateforme d’appui pour conseiller les professionnels dans la prise en charge des personnes âgées en établissement comme à domicile.

Troisième visioconférence de l’hôpital de Brive. Cette fois, un seul médecin face à la presse: le docteur Florence Gourdeau Nauche, chef du pôle de gériatrie. On le sait, les personnes âgées sont particulièrement vulnérables face au virus. Sur demande de l’ARS, l’hôpital a donc mis en place une organisation spécifique afin d’apporter un appui éclairé aux établissements et aux professionnels dans ce secteur.

“Il a fallu nous organiser pour améliorer la prise en charge des personnes âgées et structurer le parcours de santé”, explique le médecin. Concrètement, au sein du bâtiment C2GC, une unité spécialisée Covid a été mise en place, et complète le dispositif comprenant le P10 du bâtiment principal et la clinique des Cèdres.

L’organisation a débouché sur une plateforme d’appui dédiée aux séniors qui est opérationnelle depuis le 6 avril pour tout le territoire de la Basse Corrèze. “Il s’agit d’une permanence téléphonique médicale en gériatrie qui fonctionne 7 jours sur 7 de 8h à 19h. Elle a pour mission de donner aux professionnels, médecins dans les établissements ou médecins traitants, des conseils et recommandations réactualisées concernant les mesures à mettre en place et la prise en charge.”

Pour que la prise en charge soit la plus efficiente, cette plateforme est en lien avec le Samu, les urgences, le service HAD (Hospitalisation à domicile), les équipes mobiles de soins palliatifs, les équipes d’hygiène de l’hôpital et les différents spécialités, infectiologie, laboratoire, pneumologie, radiologie… “Le service gériatrie dispose également d’une cellule éthique composée de médecins et psychologues. Pour l’instant elle n’a pas été mobilisée, mais pourra l’être si nécessaire.”

“Très peu de cas en Ehpad en Corrèze”

Photo Ehpad de Bel Air hôpital de Brive

Dans le giron de cette plateforme hospitalière: les 17 Ehpad de Basse Corrèze. Cette organisation permet ainsi d‘anticiper le parcours de soin de personnes âgées diagnostiquées et dont la santé pourrait vite se dégrader. “Les Ehpad ont été exceptionnellement vigilants dans leur organisation pour prévenir l’entrée du virus et éviter qu’il se ne propage dans l’établissement. Il y a donc eu très peu de cas en Corrèze, qui ont d’ailleurs été hospitalisés. Et on peut espérer qu’il n’y en ait pas à venir”, précise le docteur Gourdeau Nauche.

Sauf que jusqu’ici les Ehpad avaient fermé leurs portes aux visites. “Les résidents souffraient de l’absence de ce contact. Les visites sont à nouveau autorisées dans les Ehpad, avec certes des précautions. Il va y avoir le déconfinement à partir du 11 mai et  les barrières vont être plus poreuses. Il faudra être très vigilants”, insiste le chef de pôle. D’autant que les masques sont encore des denrées qui se gèrent avec parcimonie. Le personnel des Ehpad en porte, mais pas les résidents. “L’idéal serait que les résidents aient eux aussi un masque au moment où ils reçoivent un soin, comme au sein de l’hôpital.”

“L’inquiétude n’est pas tant dans les Ehpad que dans les résidences autonomie qui ne disposent pas au sein de leur structure de référent médical ou paramédical”, a déclaré hier le docteur Florence Gourdeau Nauche, chef du pôle gériatrie à l’hôpital de Brive. “Il faut essayer d’avoir les mesures barrières les plus strictes pour éviter la propagation du virus.” Et dans ce domaine, la plateforme aura tout son rôle à jouer. Beaucoup de paramètres troublent encore la visibilité. “La population n’est pas suffisamment immunisée. Nous ne connaissons pas l’effet du déconfinement. Que nous réserve la période estivale? Y aura-t-il un ras de marée ou le virus sera-t-il diminué? Qu’en sera-t-il à l’automne?… La plateforme va rester ouverte pendant un certain temps.”

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire