L'actualité en continu du pays de Brive


La Foire du livre s’affiche en grand pour sa 40e

L’affiche de la prochaine Foire du livre de Brive a été dévoilée en début d’après-midi sur la façade de la médiathèque. Une première pour la manifestation qui souffle ses 40 ans. L’édition qui aura lieu du 4 au 6 novembre prochain, s’ancre à travers la ville et l’année pour mieux s’envoler… et trouver une nouvelle jeunesse. Collégien et lycéens sont d’ailleurs d’ores et déjà associés à sa préparation. Aux côtés du président François Busnel apparaissent deux invités d’honneur, Susie Morgenstern et Émile Bravo, et la poésie monte en rimes…

L’illustratrice Séverine Assous qui a cette année encore conçu l’affiche, a opté pour “des livres ultra légers qui, tels des ballons multicolores, emportent le public dans les airs”. Suspendus à ces livres fantastiques, parents, enfants, seniors, ont juste eu le temps de s’accrocher aux signets, prennent de la hauteur et découvrent de nouveaux horizons, en gardant comme point de repère le phare de la Guierle. “Cette affiche symbolise la formidable ascension de ses 40 premières années de la manifestation, rendez-vous culturel national, qui contribue à la promotion de la littérature”, a expliqué le maire Frédéric Soulier pour qui la Foire du livre de Brive est “un événement vivant tout au long de l’année”. Avec un challenge à relever à chaque édition: “garder son ADN culturel sans faire du copier coller d’une année sur l’autre”.

Le pari est en très bonne voie d’être relevé à en juger par les premiers éléments dévoilés par le commissaire général François David. À l’aube de souffler ses 40 ans, la manifestation trouve une nouvelle jeunesse, au sens propre comme figuré. Alors même qu’elle va se dérouler pour la deuxième année consécutive pendant des vacances scolaires, la privant ainsi d’une partie de son jeune public. Pour contourner cette difficulté, la manifestation s’appuie en amont directement sur les établissements scolaires. “L’idée est de rassembler collégiens et lycéens en deux groupes de travail afin d’organiser des rencontres littéraires.” Les collégiens sont d’ores et déjà invités à plonger dans l’univers de Timothée de Fombelle et les lycéens aborderont l’œuvre de l’américain Jim Harrisson, en s’appuyant notamment sur le film Seule la terre est éternelle du président de l’édition François Busnel. Sa venue est d’ailleurs espérée en septembre au moment où des éléments plus affinés seront livrés.

“Faire que les gens soient acteurs et non pas spectateurs”, telle est la grande ambition du commissaire général. “Nous allons nous appuyer sur les forces vives de la cité, bénévoles, associations, festival de la Vézère, commerçants… Depuis six mois, nous allons à leur rencontre et des partenariats se mettent en place. C’est la dynamique retranscrite par l’affiche: l’idée est de partir du terrain et permettre aux gens de s’élever. Nous devons devenir des militants.”

Cette ambition est favorisée par la configuration sur deux lieux poussée l’an dernier par la crise sanitaire: les auteurs de littérature générale sur le site historique à Brassens, jeunesse et BD à l’Espace des Trois Provinces. En fait, il y aura davantage de lieux puisque la manifestation s’étend à toute la ville, au théâtre, à l’Ouvroir de la Providence, à la médiathèque, au cinéma Rex… L’idée n’est pas de cantonner les genres dans des lieux. Au contraire, le un maître mot est “la transversalité“. “Beaucoup de salons sont comme une piste d’athlétisme où chacun court dans son couloir”, compare François David. “Nous voulons par exemple rassembler les auteurs littérature,BD ou jeunesse sur des thèmes.”

“La Foire du livre est un des marqueurs de la politique culturelle et s’inscrit dans les grands événements de notre cité, c’est aussi un outil pour la lecture publique tout au long de l’année”, insiste Philippe Lescure, maire-adjoint en charge de la Culture. C’est d’ailleurs à la médiathèque, lieu premier sur lequel s’appuie cette politique que s’est tenue cette première conférence de presse de l’édition 2022.

©Vincent Josse

Autre nouveauté: aux côtés du président, deux invités d’honneur participeront cette année au rayonnement de la littérature jeunesse et de la bande dessinée: Susie Morgenstein, l’américaine française de cœur, souvent présentée comme la papesse de la littérature jeunesse, et côté BD, Émile Bravo dont le « Spirou » a remporté une pluie de récompenses.

Cette année, la poésie marquera davantage de son empreinte la programmation. Un véritable courant est en train de se constituer, là aussi en s’appuyant sur des passionnés du cru qui font vivre la poésie sur le territoire depuis de nombreuses années. L’Ouvroir devrait ainsi accueillir tout au long du week-end des cafés poétiques. Des rencontres, lectures, ateliers sont en cours de construction. On parle aussi de concours de courts-métrages poétiques… Cette mise à l’honneur de la poésie intervient d’ailleurs au moment où la Ville vient d’obtenir le label « Ville en poésie » attribué aux communes qui donnent à la poésie une place prépondérante dans la vie locale et dans la politique culturelle municipale. Brive est ainsi la troisième commune du Limousin à recevoir cette appellation. Bref, cette 40e édition s’écrit ainsi en collectif. Rendez-vous en septembre pour d’autres précisions.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

1 × trois =