L'actualité en continu du pays de Brive


La crèche s’ouvre à la ferme !

La ferme à la clé des chants3La Clé des chants aurait pu être rebaptisée “Clé des champs” tant le champêtre avait investi les lieux ce matin. Quatre étudiantes du lycée agricole de Naves avaient amené des animaux de ferme dans le cadre de leur projet d’initiative et de communication. Les petits, émerveillés ou un peu impressionnés, ont vécu un moment de découverte et de partage inédit. “Comme il n’est pas aisé pour ces tout-petits d’aller jusqu’à la ferme, c’est la ferme qui vient à eux”, a commenté Shamira Kasri, adjoint au maire en charge de la petite enfance.

La ferme à la clé des chants2La matinée ensoleillée a réservé bien des surprises à la soixantaine d’enfants âgés de quelques semaines à 3 ans présents ce matin à la Clé des chants. Le poney, paissant tranquillement dans le pré, à côté de la crèche, annonçait la couleur. Cochons, porcelets, poule, lapin, mouton et agneaux ont émerveillé les enfants qui, pour bon nombre d’entre eux, découvraient ces animaux de la ferme “en vrai”.”Les enfants ont eu l’occasion de mettre des noms sur des réalités qu’ils ne connaissaient pour beaucoup que par les images”, confirme Shamira Kasri”.  Ils ont pu toucher les animaux et ne s’en sont pas privés, sous le regard attentif des auxiliaires de puériculture.

Les étudiantes à l'origine du projet.Derrière cette étonnante initiative, il y a quatre jeunes femmes. Maéva Faure, Claire Chabrely, Laurie Mourichou et Hélène Sartran, étudiantes en seconde année de BTSA production animale au lycée agricole de Naves. La réussite de cette matinée sera déterminante quant à l’obtention de leur année. En outre, à travers cette matinée, elles ont eu à cœur de transmettre et partager leur passion pour les animaux, l’environnement et le monde agricole : “Depuis toute petite, j’aime les animaux et je savais que je travaillerai avec eux, pour eux, et leur bien être”, confie Maéva. “Ce matin, les regards des petits font plaisir à voir.”

En amont, cette réussite a exigé un solide travail. Les étudiantes ont dû se confronter à de nombreuses règles concernant l’hygiène, le transport, le sanitaire, les vaccins, etc. De plus, ce sera pour elles l’occasion d’être confrontées à des milieux qui ne sont pas en prise directe avec l’agriculture. Cela induit d’autres contraintes, une écoute différente des attentes de l’autre : c’est très formateur”, précise leur professeur d’éducation socio-culturelle. Et cette initiative est inédite : “C’est la première fois qu’un projet tel que celui-ci est organisé en direction d’enfants en si bas âges.”

Shamira Kasri, adjoint au maire en charge de la petite enfance était aux côtés des enfants ce matin.Une première donc qui réjouit les enfants mais pas que ! “Moi c’est comme ça que je les aime, les animaux ! Pas dans mon assiette. Je n’en mange pas d’ailleurs !“, s’exclame une auxiliaire. Laurence Micheau, la directrice de la crèche confie sa satisfaction: “C’est un projet très intéressant. C’est pédagogique et ludique. Les familles aussi se sont réjouies de ce projet et nous nous sommes impliqués en réalisant, en amont, une présentation, des chansons et des contes”. Les étudiantes ont également prévu des animations par le biais de contes et de jeux en rapport avec les animaux de la ferme. Pascal Maurand, s'occupe de la porcherie au lycée de Naves. Il est présent ce matin pour valoriser l'image des cochons, un sujet qui lui tient à cœur. La soixantaine d’enfants se relaiera par petits groupes entre les animations et la rencontre avec les animaux.

La passion qui anime les jeunes filles est partagée par Pascal Maurand. Salarié du lycée agricole, il s’occupe de la porcherie : “Est-ce qu’il y a quelque chose de plus merveilleux que la terre, les animaux ?” A observer les enfants, ce matin, qui écarquillent leurs mirettes devant les cochons et s’extasient sur la douceur du petit agneau, on dirait bien que non…

Deux modes de locomotion côté à côte...

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire