L'actualité en continu du pays de Brive


La compagnie Koubi à la croisée des mondes

Compagnie Koubi

Avec deux spectacles actuellement en tournée et toujours des actions dans les établissements scolaires, la compagnie briviste Hervé Koubi poursuit sa trajectoire identitaire. Une façon de se positionner à la croisée des mondes et des cultures, d’en révéler les influences réciproques. L’affirmation aussi d’un certain vivre ensemble qui fait involontairement écho à l’actualité. La compagnie toujours en quête d’un local peut désormais compter sur l’association Les Amis de la compagnie Hervé Koubi qui vient de se constituer.

 

Compagni Koubi3“Mes parents m’ont fait une blague. Ils m’ont appelé Hervé”, s’amuse le chorégraphe d’origine algérienne. Le paradoxe est à l’image de sa compagnie, toujours en quête d’un plus petit dénominateur commun d’humanité. Dans un calendrier pourtant “blindé”, la troupe professionnelle a voulu, en ce début d’année, livrer une carte de voeux dansée à sa terre d’accueil. Un “temps de rencontre” au studio du conservatoire qui a débuté par un thé à la menthe offert par les danseurs. “Je fais un métier de partage, pas seulement de création.”

L'heure du thé à la mentheDevant le maire Frédéric Soulier, le directeur des lieux, nombre de professeurs, et les membres de la toute récente association Les Amis de la compagnie, sirotant leur boisson méditerranéenne, les douze danseurs ont ainsi interprété, à force de rebonds à couper le souffle des spectateurs, des extraits des deux spectacles en tournée, Ce que le jour doit à la nuit et Les nuits barbares ou les premiers matins du monde (voir notre article de présentation en cliquant ici). Des pièces qui puisent dans ce que les cultures ont en partage, en enrichissant l’une de l’autre, et qui interrogent nos perceptions.

Compagni Koubi5 pano

Hervé Koubi“En ce moment, j’ai besoin de cette beauté qui donne du plaisir“, explique le chorégraphe dont la dernière création fait involontairement résonance avec l’actualité. “Mes danseurs viennent du monde arabe. Il faut faire tomber les fantasmes, alors chaque fois, j’explique notre projet pour montrer avec quelles armes nous avons choisi de nous battre.” Avec la fierté non dissimulée de sillonner les clivages: “On va jouer à Tel Aviv comme à Ramallah, c’est génial. Je me sens concerné, responsable, d’apporter un autre regard.”

Pour l’heure, la compagnie est à l’aube d’une grosse tournée aux States: San Francisco et Portland dans une semaine, Houston, Boston et Dallas en mars, Tulsa en juillet pour son réputé Jacob’s Pillow festival… “Nous avons déjà décroché 30 dates pour 2016-2017, des scènes françaises et internationales. Nous n’irons pas au-delà des 50, ce ne serait pas sain pour les danseurs et nous ne pourrions alors plus assurer les actions culturelles avec les scolaires”, assure Hervé Koubi.

Compagni Koubi8Car la compagnie dont tous les danseurs habitent désormais Brive, tente chaque année d’éveiller la fibre chorégraphique chez les jeunes de tous âges. Une action moins visible qui n’en est pas moins essentielle: “C’est le public de demain“, argumente Hervé Koubi. Cette année, parmi les projets: une série de rencontres avec le lycée d’Arsonval et une pièce avec les primaires de Marie Curie dans le cadre du projet d’école. C’est d’ailleurs la nouvelle recrue d’origine italienne, Giovanni Martinat, qui encadre ce projet mêlant au final danseurs et élèves.

Compagni Koubi7Pour autant, la compagnie qui fêtera ses 15 ans en février, est toujours en quête d’un lieu bien à elle. Elle a trouvé un nouveau soutien dans l’association de ses Amis qui s’est créée en décembre. Un vrai “coup de coeur” pour la dizaine de membres. “C’est dommage d’avoir une compagnie de cette qualité, ce talent, avec des spectacles à l’étranger, mais qui n’est pas suffisamment connue ici”, explique Brigitte Fromonteil. “Notre but est de la promouvoir, de les aider à trouver un local, des spectacles dans la région… Nous travaillons également sur un projet de photographies exposées chez les commerçants de Brive.” De son côté, la compagnie entend bien porter loin les couleurs de Brive dans tous ses déplacements: elle s’est d’ailleurs dotée des tee-shirts gaillards “I love BG” et a entamé son album en posant avec le maire.

Compagni Koubi10

Compagni Koubi2

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire