L'actualité en continu du pays de Brive


« La coloc c’est l’avenir ! »

Michèle (résidente) et deux de ses amies (Monique et Dominique) qui sont venues lui rendre visite et Thérèse (une autre résidente).

Visite à la Coloc Marbeau, située 14 bd Docteur-Marbeau, que nous avions déjà découvert lors de son ouverture juste avant la Covid. Aujourd’hui, la coloc fait presque le plein et accueille des personnes retraitées qui ont souhaité rompre avec la solitude et qui ont fait le pari de la vie collective.

 

C’est probablement un moyen partagé d’habitat qui devrait se multiplier à l’avenir. En tout cas, pour Vincent Marcel, le propriétaire des murs qui a lancé ce projet, et les quatre colocataires, Odette, Simone, Michèle et Thérèse, qui habitent boulevard Marbeau, cela semble une évidence.

Nous avions rencontré Vincent en octobre 2020 au tout début de cette aventure un peu folle. La Covid est passée par là stoppant net le développement de La Coloc Marbeau. Cependant aujourd’hui, cette colocation ou maison partagée est presque pleine. Vincent a toujours cru en cette idée et malgré certains doutes parfois, il n’en démord pas. « Le logement collectif c’est l’avenir ». Destinée à un public plutôt âgé, à la retraite, même si les actifs sont les bienvenus, la Coloc Marbeau bénéficie de prestations haut de gamme.

 

Quatre niveaux, deux cuisines, salon, bibliothèque, ascenseur, jardin, six grandes chambres meublées avec chacune un dressing, une salle d’eau et un wc privatif. Les résidents sont chouchoutés. Bien loin des conditions de vie de certains Ehpad qui ont défrayé la chronique récemment. Ces prestations se paient bien évidemment mais « le loyer n’est pas plus élevé que celui d’un logement de même standing dans Brive. L’un dans l’autre c’est peut être moins cher même. Rien ou presque ne change de chez soi excepté le partage de certains espaces », assure Vincent.

Quatre “aventurières”

Odette, 89 ans, Simone 87 ans, Michèle 71 ans, et Thérèse, 72 ans ont choisi ce mode de vie partagé. Woody le chat mascotte de la Coloc allongé de tout son long sur le canapé du salon semble lui aussi apprécier ce mode de vie qui lui permet d’être câliné toute la journée.

Odette

Ces quatre “aventurières”, d’horizons divers, Michèle est née à Brive mais a vécu 50 ans dans la Loiret, Simone et Odette sont arrivées récemment dans la région, quant à Thérèse, elle, est venue des Pyrénées-Atlantique exprès pour La Coloc Marbeau, ces quatre “aventurières”, donc, sont ici par choix mais pour différentes raisons.

Diminuer le coût lié au logement est dans doute une des motivations des résidentes. Mais c’est loin d’être la plus déterminante ni la première.

« C’est pour ne plus être seule », répond Odette. Simone, bien que vivant dans une petite copropriété d’un quartier très habité de Brive, ne supportait plus la solitude et l’absence de contact avec ses voisins.« On ne faisait que se croiser et la Covid n’a rien arrangé ! »

Simone

Les faits (divers) sont d’ailleurs là pour nous rappeler souvent, froidement, la solitude et l’isolement des personnes âgées qui vivent et parfois meurent dans la plus grande indifférence.

Michèle, quand elle a appris la connaissance de cette coloc a sauté sur l’occasion « C’est le début d’autre chose », confie cette femme dynamique. Thérèse c’est un peu comme Michèle, plus discrète, « je suis venue pour passer deux ou trois jours et puis je suis restée, je cherchait absolument ce mode de vie. » Une démarche presque philosophique pour ces deux résidentes.

L’augmentation des prix des énergies et parfois la vétusté des logements a également poussé ces retraitées à venir en coloc pour partager les frais…

« On est pas tous bons à mettre en Ehpad », affirme Simone.

Chacune à son rythme s’organise mais « on se retrouve pour parler, jouer aux cartes… on rit beaucoup et on veille les unes sur les autres », explique Michèle. « C’est aussi la liberté que je suis venue chercher, ajoute Simone car on fait quand même ce que l’on veut quand on veut ».

Michèle

Caractères bien trempés, soif de liberté, indépendantes et autonomes, avant-gardistes, Odette, Simone, Michèle et Thérèse ont et sont un peu tout ça car la colocation « tout le monde n’est pas capable de la supporter ». Paradoxalement des fois, cette grande liberté fait peur à certains qui viennent visiter », raconte Vincent. « Le fait que cela soit finalement peu structuré fait un peu paniquer. »

Une amie de Michèle, venue la voir et passer un séjour à la coloc, a déjà fait soin choix pour plus tard si cela se présente. Ça sera une maison partagée.

En attendant ce soir c’est concert au menu. Un orchestre de chambre est venu donner une représentation aux résidents mais aussi à des amis venus profiter de cet instant un peu incroyable. Mozart résonne, la soirée ne fait que commencer.

Thérèse

 

La vie est belle à la Coloc Marbeau. « On est pas tous bons à mettre en Ehpad », affirme Simone.

Pari réussi pour Vincent, un brin philanthrope, qui a vu juste. L’idée de départ est de recréer du lien social pour des personnes souffrant de solitude ou isolées. La Coloc Marbeau c’est plus que cela.

 

 

 

 

Woody

 

Coloc Marbeau

14 bd docteur Marbeau. Brive

Renseignements. 06.59.95.44.99 ou contact@coloc-marbeau.fr ou  sur coloc-marbeau.fr.

 

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

1 commentaire

Laisser un commentaire

onze + six =