L'actualité en continu du pays de Brive


La Brive-Roca’ : c’était le pied !

La Brive Roca sans VTT mais à pied. Ici les trois coureurs à la table d'orientation de Curemonte 40e km

Même en dépassant l’insolite trio à pied, les VTTistes de la Brive-Roca’ avaient peine à croire hier que ces “fondus” faisaient bien comme eux partie de l’aventure. Ni le grain du matin, ni le gras des chemins n’aura dissuader Mickaël, Thierry et Christophe. Ils ont couru les 80km en 10 heures et 30 minutes. Ravis et prêts à recommencer l’an prochain… encore plus nombreux.

Photo témoin en passant devant la collègiale Saint-Martin. Il est  6h20Pourtant, hier matin, l’affaire se présentait plutôt mal. Il est 6h, heure prévue de départ. Il pleut à verse sur la Guierle et notre intrépide trio s’est réfugié dans une cabine téléphonique, en espérant que ça passe. L’esplanade est vide; les VTTistes ne doivent partir que deux heures plus tard. “On a eu un bon coup de flotte, mais on a quant même décidé d’y aller”, raconte Michaël Biard. Profitant d’une “éclaircie”, les voilà partis à 6h20. Heureusement qu’ils ne se sont pas fiés aux prévisions météo car ils auraient raté “une belle expérience”.

Christophe à Carennac 50 kms. La côte est raide: les VTTistes mettent eux aussi pied à terre“Au bout de 5km, on a tombé les K-way. Finalement, on s’en est bien sortis”, reconnait après coup le meneur du groupe, même si l’aventure n’a pas été de tout repos. “Le terrain était très gras les 20 premiers kilomètres, c’était les plus techniques avec un gros dénivelé de 1.000m. Mais après Curemonte, sur les chemins du Causse, ça s’est bien arrangé.”

la fatigue arrive 70 kmsComme prévu, ils ont été rattrapés par les premiers VTTistes avant Collonges et par le gros des troupes à Curemonte. “Jusqu’au bout, beaucoup ne voulait pas croire qu’on faisait comme eux la Brive-Roca’. Ils pensaient croiser une bande de copains courant sur une vingtaine de kilomètres.” Sauf que le trio avalait les 79km et quelque du parcours officiel. Inutile de dire que ça a fait le buzz parmi les roulants. Des VTTistes qui auront d’ailleurs été les meilleurs supporters de notre trio. “On en doublait dans des montées raides et ils finissaient par nous repasser un peu plus tard.” Se retrouver dans la même galère force le respect.

“On a toujours couru ensemble.” Au 65e kilomètre, Christophe Jean-Baptiste, moins aguerri, laissera partir Mickaël Biard et Thierry Poupard, plus versés dans l’ultrafond. Les compères finiront de concert, mais Christophe puisera la force de s’accrocher jusqu’au bout, soutenu par des VTTistes retardataires. Il arrivera une heure plus tard, épuisé et ravi. Un grand bravo à tous les trois.

2 spécimens

“Et on ne s’est pas perdus”, plaisante Mickaël. “Vraiment un grand merci à l’organisation: c’était très bien balisé, il y avait de bons ravitaillements, une bonne coordination.” A tel point que le soir même, des idées se sont mises à germer entre les coureurs et le Vélocio. Peut-être verra-t-on l’an prochain l’organisation parallèle d’une course greffée sur la Brive-Roca’… L’histoire en marche, à la force des mollets.

pause "vitamines"

le rocher de Roca 78,50 kms 10h30

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire