L'actualité en continu du pays de Brive


La Banou

Éva Loffler et Jean-Charles Bouhet ont installé leur micro-brasserie artisanale 37 avenue du maréchal Foch. Ils fabriquent eux-mêmes leur gamme de bières à déguster à la pression dans une ambiance brewpub chaleureuse. Ils organisent leur première soirée vinyles ce vendredi 4 septembre.

Nous les avions rencontrés il y a quelques mois, pour relayer leur récente installation et annoncer leur première animation concert qu’ils s’apprêtaient à organiser, le 17 mars, avec le groupe Old School. Cela aurait dû être une super ambiance à laquelle ils invitaient à “venir en vert” pour la Saint-Patrick. Malheureusement, le confinement est tombé et avec eux les stores tout juste ouverts. Le duo n’a pas complètement fermer puisqu’il a assuré la vente en drive et livraison jusqu’au déconfinement. La brasserie a aujourd’hui trouvé son rythme de croisière et va proposer en septembre des animations. A commencer par ce vendredi 4 septembre avec une soirée vinyles. Le patron des Tontons Vintage de la rue de la République va installer platine et enceintes d’exception pour distiller ses meilleurs albums jazz, blues, soul. La semaine suivante, le 10 septembre, le groupe Free Beer & Chicken viendra jouer en live blues et pop/rock. Ambiance brewpub garantie.

Brew, brasser en anglais. C’est au Canada où ils étaient partis travailler que ces deux ingénieurs arts et métiers ont découvert le principe du brewpub dans lequel la bière pression arrive directement des cuves. De là est née l’idée d’ouvrir leur brasserie en Corrèze, berceau familial de Jean-Charles. “On a toujours eu tous les deux à l’esprit de monter un jour notre entreprise. Avec la bière, il y a un côté technique, mais aussi manuel et créatif”, explique Éva.

Il leur aura fallu 4 ans pour concrétiser leur projet. Ils se sont formés, ont patiemment mis au point leur gamme de bières, trouvé ce local un ancien garage offrant une belle hauteur de plafond et qu’il a fallu entièrement réaménagé. “On a voulu donner un côté industriel et chaleureux, avec du bois. Un endroit où tout le monde peut se retrouver autour d’une bière qui est brassée sur place, au plus proche des consommateur.”

On peut déguster sa pression au pied des cuves dans lesquels la fermentation opère, en tout en regardant le gaz s’échapper avec magie du barboteur. “On brasse en journée, deux fois par semaine, et la fermentation dure 3 semaines”, précise Jean-Charles.

Le lieu ouvre à partir de 17h en semaine et toute la journée le samedi, mais aussi à l’occasion de matchs du CAB retransmis sur grand écran. Y règne une ambiance pub. Il y a un long comptoir, des tables hautes, une cible de fléchettes, des jeux de société… De quoi séduire une clientèle diversifiée.

Le couple plein d’enthousiasme veut aussi drainer son territoire. “Les assiettes que nous proposons mettent en valeur les produits du terroir. On travaille avec des producteurs et éleveurs du marché. Il y a de la charcuterie, des tourtous, de la mique, des escargots… Esprit terroir, mais aussi développement durable. La drêche, ce résidu de céréales mouillées qu’ils récupèrent après brassage, est recyclé auprès d’une boulangerie briviste qui en fait un pain à la belle croustillante s’attirant de plus en plus d’adeptes.

Quant au nom de la marque, La Banou, c’était le nom de la vache préférée de la grand-mère de Jean-Charles. “Elle était à la fois belle et malicieuse. On pouvait facilement se laisser charmer, mais si l’on ne prenait pas garde, attention à la secousse.” Toutes les bouteilles sont ainsi estampillées d’une étiquette à l’effigie d’une belle ruminante dont la robe varie avec le style de la bière, que ce soient les 5 permanentes, blonde, blanche, IPA, rousse, brune ou l’éphémère du mois, en ce moment une ambrée au thé Earl grey qui plait beaucoup. Attention aussi à la secousse !

La Banou, 37 avenue du maréchal Foch. Ouvert les mardi au vendredi de 17h à 23h et le samedi de 10h à 23h. Infos au 05.55.25.43.25, sur labanou.com et Facebook.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire