L'actualité en continu du pays de Brive


“Je n’aurais pas décroché cet emploi sans l’accompagnement des Sages”

Si David, 42 ans, a retrouvé un emploi, il sait qu’il le doit en partie à l’association Sages en Limousin. Ces anciens cadres ou chefs d’entreprise l’ont aidé à mettre en lumière ses compétences, à mieux rédiger CV et lettre de motivation ciblée puis, une fois l’entretien décroché, à bien s’y préparer. Les Sages tiennent des permanences sur rendez-vous tous les mercredis de 9h à 12h et de 14h à 17h au SIJ Cité des métiers, 4 rue Marie-Rose-Guillot (derrière la mairie). Infos au 05.55.23.43.80.

C’est dans le cadre d’un partenariat signé il y a 6 ans que l’association tient ces permanences hebdomadaires dans les locaux du SIJ (Service information jeunesse) abritant la Cité des métiers. “Depuis 2013, nous avons effectué 1000 rendez-vous individuels avec des personnes en recherche d’emploi ou en reconversion professionnelle”, comptabilise son président René Chapalain. “C’est important d’avoir un lieu référence ayant à disposition des outils modernes, un point multimédia, de la documentation… Il faut mutualiser nos efforts”,  explique Franck Peyret, conseiller municipal en charge de la jeunesse et de l’emploi. C’est l’atout principal de la démarche: “la mutualisation des moyens et la complémentarité des acteurs servent l’efficacité pour trouver ou retrouver un emploi”.

Ville et association se sont servis de ce “millième” rendez-vous comme événement afin de mieux informer le public de cette opportunité mise à sa disposition. En rappelant au préalable que certes hébergées par le SIJ, la Cité des métiers et les permanences de l’association ne sont pas l’apanage de la jeunesse mais s’adressent bien à tous, “de tous âges et de tous niveaux”.

Ces Sages qui tiennent les permanences par équipe de deux, sont d’anciens cadres ou chefs d’entreprise qui ont donc eu à mener des procédures de recrutement. De l’autre côté de la barrière hier, ces “sachants” s’appuient sur leur expérience professionnelle en management pour accompagner aujourd’hui les personnes. “Il s’agit bien d’un accompagnement. Nous ne rédigeons pas à leur place les CV et les lettres, c’est à elles de le faire. Nous, nous les amenons à prendre conscience de leurs atouts et avoir la bonne méthode”, précise Jean-Louis Bouny. “Le rendez-vous est individuel. Avant même de rédiger un CV, nous faisons travailler la personne sur sa personnalité, la connaissance de soi. On ne vend bien que ce que l’on connait bien”, insiste le bénévole.

Aujourd’hui, le recrutement se fait, au delà des nécessaires savoirs techniques, de plus en souvent sur ce qu’on appelle les soft skills, ces compétences comportementales comme l’empathie, la gestion du stress, la résilience… “C’est la personnalité du candidat qu’il faut mettre en valeur. Et pour cela, il doit d’abord apprendre à bien se connaître pour finaliser son CV. Ça passe donc nécessairement par plus d’un rendez-vous.”

Second atout: la lettre de motivation ciblée. “Il ne faut pas envoyer de lettre standard”, insistent les Sages. “La lettre de motivation doit être personnalisée en rapport avec l’entreprise et le poste visé.”

David, dans la maintenance industrielle, a bénéficié il y a peu de ce parcours. “Je n’aurais pas décroché cet emploi sans l’accompagnement des Sages”, assure-t-il. “Lorsque j’ai repéré le poste que je visais, je n’avais pas de CV. J’avais commencé en interim avant d’être embauché par l’entreprise dans laquelle j’ai ensuite travaillé pendant 16 ans sans avoir à en fournir un. Je ne savais pas bien comment m’y prendre. En passant devant le SIJ, j’ai vu qu’il y avait cette permanence et j’ai pris rendez-vous.” Il se concentre uniquement sur ce poste et trois mois plus tard, en janvier dernier, il décroche un entretien d’embauche. “Nous avons fait plusieurs simulations d’entretien, repris les façons de se présenter, de répondre et même de se tenir, on n’y pense pas forcément. Avoir toujours aussi un carnet pour pouvoir prendre des notes… C’est tout un comportement. J’avais rendez-vous à 16h, le matin même, on reprenait encore la présentation.” Et ça marche: David obtient le poste convoité. “Cet accompagnement m’a apporté assurance, confiance… et le sourire.”

Un sourire largement partagé par les Sages. “C’est une très belle expérience humaine pour nous aussi. Il y a une réelle satisfaction à voir la personne s’en sortir. Certains se relèvent de burn out, de dépression, de situations difficiles… Nous avons de très bons résultats, même s’ils ne sont pas quantifiables car souvent la personne qui a trouvé un travail ne nous en informe pas et nous l’apprenons fortuitement.”

L’Association créée en 2000, compte aujourd’hui 25 Sages et un noyau de conseillers et conseillères. Mais qu’ils aient été patron de LMB Malemort, directeur régional d’un grand laboratoire pharmaceutique, responsable commerciale d’un groupe de spiritueux ou chef comptable, qu’ils aient fait carrière en France comme à l’étranger, tout “sachants” qu’ils soient, ils ont du eux-aussi passer par le filtre de l’entretien avec leurs pairs avant de pouvoir intégrer l’équipe.

Animés par le désir de transmettre leur expérience, ce bénévoles interviennent également auprès des BTS des établissements alentour pour leur donner quelques bons conseils dans la recherche de leur futur emploi. Ils tiennent aussi des permanences dans d’autres communes. Et ils ne demandent qu’à vous aider si vous êtes volontaires.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire