L'actualité en continu du pays de Brive


« J’aime mon Bison » et il le rend bien

C’est un autocollant qui commence à se rependre. Il représente le fameux Bison blanc, emblème du 126e régiment briviste, dans un cœur rouge. Une façon d’afficher l’attachement de la ville à son régiment et inversement. Vous le trouverez bientôt en mairie et à Brive tourisme.

Entre Brive et le 126, existe une longue histoire d’amour. Et lorsqu’on s’aime, cela va toujours mieux en se le disant mutuellement. C’est ce qui s’est passé hier en début d’après-midi dans la Halle Gaillarde. Le colonel Stéphane Gouvernet a présenté deux initiatives qui concrétisent ces liens: un logo « Partenaire plan familles » qui va fleurir sur les vitrines des commerçants partenaires du 126 et un autocollant « J’aime mon Bison » destiné à un plus large public.

Un logo chez les commerçants partenaires

« Près de 150 commerçants et artisans de l’agglomération proposent déjà aux militaires et à leurs familles différentes offres promotionnelles. Ça s’est fait au fil du temps et on s’est dit qu’il fallait que ce soit plus lisible. Ce logo apposé sur la vitrine permettra à nos familles de mieux les identifier. C’est aussi pour nous, d’autant plus en ces temps de crise sanitaire, une façon d’apporter notre soutien au commerce de proximité et de dynamiser l’économie locale. De tendre la main pour réserver les achats aux partenaires locaux. »

L’enjeu est énorme puisque « l’ensemble de la base de défense compte aujourd’hui 1.700 hommes et femmes, ce qui représente sur l’agglomération quelque 260 familles et 400 enfants scolarisés« , quantifie le chef de corps. « Une action de générosité et de solidarité des militaires » fortement saluée par le maire Frédéric Soulier qui y voit « un acte militant », comme un écho à la campagne « J’achète local » lancée en fin d’année dernière. « Il y a encore six ans, nous étions dans l’interrogation quant à l’avenir du 126 à Brive. Aujourd’hui, la caserne Laporte bénéficie d’un programme d’investissement de 40 millions d’euros. Le 126 ne vit pas en autarcie, il est fortement ancré dans la ville et c’est un acteur prépondérant. »

L’autocollant « J’aime mon Bison »

C’est l’autre initiative identitaire et tout aussi militante lancée hier. Le message est on ne peu plus efficace: un Bison blanc dans un cœur rouge que l’on pourra afficher sur son véhicule par exemple. « Le Bison, emblème du régiment, est aussi devenu celui de la ville. Afficher « J’aime mon Bison », c’est afficher son attachement avec le régiment. Les Bisons apportent leur contribution dans la lutte contre le terrorisme, à l’intérieur comme à l’extérieur. Soutenir les militaires et leurs familles, c’est renforcer leur capacité de résilience et leur combattivité. » Ceux qui le souhaitent pourront aussi faire un don et l’argent collecté permettra de financer d’autres autocollants. Un effet boule de neige.

Une statue et une crèche à Brune

L’attachement au régiment s’affiche sur petit sticker comme dans le projet de sculpture prévue par la Ville sur l’ancienne place d’armes de la caserne Brune, rebaptisée parc Simone-Veil. « Un artiste local a été retenu pour la réaliser. Ce sera uns statue en bronze, grandeur nature, une manière de conserver l’histoire du lieu », a dévoilé Frédéric Soulier.

Le régiment devrait d’ailleurs libérer dans le courant de l’année de nouveaux locaux dans l’ancienne caserne. Celle-ci accueille encore des services sociaux ou d’instruction. Ils devraient être progressivement transférés vers Laporte où d’autres bâtiments vont sortir de terre d’ici 2025 à 2026. Côté Brune, un projet de crèche à horaires atypiques est déjà lancé. Elle se situerait au rez-de-chaussée du bâtiment accueillant les célibataires, face à l’ancien messe. Elle comprendrait une trentaine de berceaux dont une dizaine pour des familles extérieures à la caserne. Le projet est en effet mené en partenariat avec la CAF et la Ville. « Ni le régiment ni la Ville n’aurait pu  le faire seul », concluait le colonel évoquant même une « symbiose », « une relation indispensable à la survie l’un de l’autre ». « Le Briviste est « gaillard », il est aussi « fier et vaillant », comme la devise du régiment. »

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire

18 − dix =