L'actualité en continu du pays de Brive


Inauguration de l’esplanade des frères Malraux

 

pano-chant-des-partisans

C’est en ce jour d’ouverture de la Foire du livre qu’a été inaugurée l’esplanade des Frères Malraux, située sur le parvis nord de la gare SNCF, côté avenue Jean Jaurès. Un hommage à ces 3 hommes, André, Claude et Roland pour leur engagement dans la résistance durant la seconde guerre mondiale, et au regard des liens qui les unissent à la ville de Brive et à la région.

 

devoilement-de-la-plaqueMoment de mémoire. Entouré par les porte-drapeaux des associations d’anciens combattants, et aux côtés d’Alain Malraux, de Jacques Godfrain, président de la Fondation Charles De Gaulle, de François David, président de l’association “Les Malraux et la Corrèze” et de plusieurs personnalités politiques, Frédéric Soulier dévoile la plaque sur le parvis de la gare. Les hommages s’enchainent avec des lectures et notamment celle d’un extrait du discours d’André Malraux prononcé lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon le 19 décembre 1964. C’est ensuite le Chant des partisans, interprété par “Les petits chanteurs de Brive”, qui résonne en cette fin d’après-midi d’automne. Une cérémonie qui s’achève par un discours de Frédéric Soulier et une minute de silence souhaitée par Alain Malraux, neveu puis fils adoptif d’André.

Les Malraux. 3 frères, ou plutôt demi-frères, Roland et Claude étant les enfants des amours adultérins de Fernand, le père d’André Malraux. 3 frères engagés politiquement.

andreAndré, qu’on ne présente plus, fut écrivain, résistant, homme d’Etat, ministre du Général de Gaulle. Son lien avec la Corrèze, c’est Saint-Chamant où il se trouve après s’être engagé dans la résistance quelques semaines plus tôt, à la fin de la guerre. C’est non loin de là, à Gramat dans le Lot, qu’il est d’ailleurs arrêté en juillet 44.

Ses 2 demi-frères sont moins connus du grand public. Pourtant, durant la seconde guerre mondiale, ils se sont comportés en héros. Il en est ainsi de Roland rolandqui assiste dans les années 30 en Allemagne à la montée du nazisme, ce qui détermine ses engagements futurs. Secrétaire d’André Gide, il fréquente les milieux littéraires et cinématographiques de l’entre-deux-guerre. Homme de gauche, il est aussi marqué, lors d’un séjour en URSS, par la tyrannie de Staline. La signature du pacte germano-soviétique, entre Staline et Hitler, anéantit ses dernières illusions. La guerre déclenchée, il s’engage très tôt en résistance en rejoignant la section française du SOE, les services secrets britanniques. Ce sont, triste ironie du sort, des bombes britanniques qui le tueront à Lübeck où il attend son embarquement sur un bateau prison quelques mois après avoir été arrêté à Brive en mars 1944.

On sait moins de choses sur Claude, grossle plus jeune. Son engagement est, à l’image de celui de Roland, précoce. Il rejoint d’ailleurs le même service britannique que lui et dirige un groupe de 80 résistants entre Rouen, Caen et Evreux en Normandie. Il est arrêté le 8 mars 1944. On pense qu’il est mort à Gross Rosen, un camp de concentration en Pologne, après avoir été torturé, mais sans avoir parlé. Il avait 23 ans.

 

intro-esplanade-malraux

 

 

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Mot clé

Laisser un commentaire