L'actualité en continu du pays de Brive


Hôpital : 10 millions d’euros d’investissement pour 2020

François Gauthiez, le nouveau directeur du centre hospitalier a annoncé un plan d’investissement ambitieux. À commencer par l’ouverture en avril de la deuxième salle de cardiologie interventionnelle. Autre axe stratégique : la coopération entre les acteurs de santé.

Arrivé à l’automne, François Gauthiez s’est plié vendredi soir au traditionnel exercice des vœux entre bilan et perspectives. Le directeur n’a pas masqué les tensions qui continuent d’agiter l’établissement ni l’équilibre financier fragilisé notamment par la réduction drastique du financement du SMR. “Certains projets inscrits à l’agenda 2019 ont dû être décalés à 2020.” Il en est ainsi du nouvel accélérateur de particules en oncologie et de l’ouverture d’une unité neuro-vasculaire. Il n’empêche, reprenant les propos de son prédécesseur un an plus tôt, “l’hôpital de Brive s’en sort bien, grâce aux efforts de tous ses professionnels, à sa capacité d’évolution et son attractivité”.

L’activité du centre hospitalier a ainsi globalement crû de 7%. elle va même jusqu’à 12% pour les séances d’hémodialyse, de radiothérapie et d’oncologie. Les consultations externes ont également augmenté de 7%. Les recettes ont quant à elles augmenté de 3% en lien avec la nette hausse des séjours en hôpital de jour et des séances pré-citées. Il faut noter également une nouvelle poussée d’activité des urgences de 3,3%, ce qui porte le nombre de passages à plus de 40.300 en 2019. “Le service reste encore sous de fortes tensions malgré diverses mesures mises en place à l’issue d’un travail collégial.” La première tranche de travaux aux urgences prévue sur cette structure à l’automne devrait, espère-t-il, compléter le plan de réorganisation.

Le directeur a donné la future feuille de route: “Notre établissement s’inscrit dans une politique de territoire et d’organisation des parcours des patients et donc de coopération entre les acteurs de santé, du moins lorsque cela est fondé sur la confiance et une vision partagé”. Une coopération avec les hôpitaux de Tulle, Ussel et Saint-Céré, le CHU de Limoges, avec de nombreux EHPAD et établissements sanitaires, la clinique Saint-Germain et la Mutualité française du Limousin…

2020 sera une année d’investissements. D’abord avec l’installation et la mise en service en avril de la deuxième salle de cardiologie interventionnelle (environ 600.000 euros d’équipement et 1 million de travaux associés). L’installation d’un nouvel accélérateur de particules (3,6 millions d’euros pour l’équipement et 300.000 euros de travaux) va permettre au service de radiothérapie de développer de nouvelles techniques autour de la stéréotaxie au bénéfice des patents de cancérologie. Un IRM 3 Tesma sera également opérationnel à partir de septembre dans le cadre d’un partenariat public-privé. La mise en place de l’unité neuro-vasculaire qui avait été repoussée, est prévue pour l’automne avec un renfort en ressources médicales, ce qui permettra une amélioration de la prise en charge des AVC et des AIT. Il faut y ajouter les aménagements sur les parkings, la réhabilitation technique et l’entretien des locaux, la modernisation du système téléphonique, l’évolution des réseaux informatiques… L’effort s’élève à 10 millions d’euros.

Le directeur a également évoqué la réorganisation des règles internes de fonctionnement du bloc pour en optimiser efficience, dans une même “démarche de réflexion collégiale et pluridisciplinaire qui permettrait d’intégrer un robot chirurgical dans le plan de rénovation des blocs programmés pour 2022″. C’est ce même horizon 2022-2023 qui devrait voir la construction du nouvel internat conforme aux standards de conforts actuels: “nous recevrons plus de 50 internes chaque semestre”.  Sans oublier actuellement la construction, du côté du campus, du centre de formation en soins.

“L’ensemble de cette politique traduit le dynamisme d’un établissement en mouvement et une mobilisation de l’ensemble de ses personnels pour faire vivre son projet d’établissement en dépit d’un contexte difficile”, a conclu le directeur. André Sommabere à la tête de la commission médicale a salué l’arrivée de 36 médecins depuis deux ans. Dix sont prévus cette année. “L’objectif reste de bien soigner les malades de notre territoire étendu”, a rappelé le maire, également président du conseil de surveillance de l’hôpital.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire