L'actualité en continu du pays de Brive


Hommage à Billie Holiday

intro jazz

Ce vendredi 11 décembre, le Jazz club 19100 a programmé le trompettiste Julien Bertrand et sa formation Third Roam trio qui plus est avec la chanteuse Célia Kameni. Une voix chaleureuse et intense pour un hommage à Billie Holiday. Salle du Café Bowling, avenue Léo-Lagrange, à 20h45. Entrée : 10 et 6 euros. Réservations au 06.89.37.72.71 et 06.46.77.36.71.

 

Photo of Billie HOLIDAYCe mois-ci, c’est à “l’une des plus grandes chanteuses de jazz” que l’association de passionnés rend hommage. Strange fruit, God bless the child, Day in day out, Stars fell on Alabama, Good Morning Heartache…  Sa musique était un cri, surgi d’une enfance écorchée et de sa lutte acharnée contre le racisme. Cette éternelle insoumise, rebelle et sulfureuse, qui incarne les vicissitudes de la triple condition d’artiste, femme, et noire, aura brûlé par les deux bouts sa courte vie, débutée en 1915 (elle mourut à 44 ans en 1959, après une descente aux enfers mêlant drogue et alcool). Une Diva au registre singulier.  Billie Holiday reste à jamais la voix du jazz. Une voix juvénile sur ses premiers enregistrements, par la suite plus plaintive, inquiète, dramatique, et surtout bouleversante. Une voix dont un grand critique disait qu’elle avait la saveur “du caviar et du gravier”.

julien bertrandPour faire revivre ses chansons, quatre talentueux artistes en version concert cabaret. Le trompettiste et bugliste Julien Bertrand, 35 ans, est originaire de la région. Il a en effet commencé très tôt, à l’âge de 7 ans, avec son père professeur au conservatoire de Guéret. Après des études aux CNR de Bordeaux puis Boulogne-Billancourt, il étudie l’improvisation avec Jean Luc Capozzo, Russell Gunn et se produit avec Miguel Fiannaca, le Big Band Turquoise (Festivals d’Aix en Provence, Munster…) et intègre celui de Chambéry. Depuis 2010, il codirige un quartet avec le pianiste américain Joel Holmes (Gary Thomas, Roy Hargrove 5tet, Javon Jackson…) avec qui il enregistre en 2013 un 1er album Sweet and soulful consécutif à plusieurs tournées françaises. Il participe en parallèle à d’autres groupes, comme le Third Roam trio (un formation du collectif Polycarte qui réunit une douzaine de musiciens parmi les plus actifs de la région lyonnaise) avec à ses côtés Séb Joulie à la guitare et Thomas Belin à la contrebasse.

Cette formation instrumentale particulière caractérisée par l’absence de batterie leur permet de mettre en place une musique souple, intimiste et acoustique, qui ne rejette ni l’héritage de Chet Baker (spécialiste de cette formule trompette-guitare-contrebasse), ni leur goût commun pour le jazz actuel. Le répertoire du trio est constitué principalement de standards soigneusement choisis, des mélodies connues qui ont marqué l’histoire du jazz à des morceaux beaucoup moins joués et parfois tombés dans l’oubli.

celia kameni third roamCélia Kameni, 24 ans, est une jeune chanteuse de soul et jazz lyonnaise. Après avoir suivi une formation classique dès l’âge de 9 ans, elle se tourne avec passion vers le jazz vocal, qu’elle étudie actuellement au conservatoire de Lyon. Influencée par divers artistes venant d’univers musicaux variés, tels que Sarah Vaughan, Erykah ou encore Amy Winehouse, Celia tente aujourd’hui de se faire une place dans le monde du jazz français, tout en transmettant à la fois ces influences qui lui sont chères ainsi que sa propre personnalité.

Pari tenu pour le Jazz club 19100 (dites bien “dix neuf mille” et non “dix neuf cent”, ils y tiennent). Depuis sa création en mars, l’association a ainsi distillé comme prévu un concert par mois, en général le deuxième vendredi, toujours en variant les instruments comme les registres, passant allègrement des standards revisités au jazz manouche. “Notre ambition, c’est de partager cette musique et avant tout de faire découvrir des choses différentes et de qualité. L’idée, c’est de se renouveler et de surprendre, d’amener le public vers des horizons qu’il ne connait pas forcément. A chaque fois, on a rempli la salle, de 100 à 120 personnes”, se réjouissent ces amateurs éclairés, aussi copains que “passionnés à des degrés divers”.

Leur cigale ne s’est interrompue que l’été où fleurissent les festivals, pour mieux reprendre la bise automnale venue. D’autant que l’existence de ce jazz club fait son chemin chez les musiciens comme dans le public. La programmation promeut des groupes de la région : “Ils n’ont peut être pas la notoriété, mais y a de bons musiciens”. Elle arrive même à harponner des pointures sur leur tournée, comme le quatuor de Julien Bertrand en décembre. Avec, à terme, la secrète ambition de créer à Brive “un Tremplin”, un festival sur 3 jours.

Entrée: 10 euros (6 pour les adhérents). Infos et réservations à jazzclub19100@gmail.com.

Vous pouvez également consulter nos précédents articles:

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire