L'actualité en continu du pays de Brive


Grippe saisonnière: les vaccins sont arrivés !

L’an passé en Corrèze, 37.756 personnes à risque avaient été invitées par la CPAM à se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Seules 20.000 d’entre elles en ont profité. “Pourtant, la vaccination constitue un moyen de protection efficace pour les personnes à risque”, ont rappelé Catherine Pelletier, directrice de la CPAM, Yvon Cheraiki, président du Conseil et Yvette Fremaux, responsable du service de prévention ce matin dans leurs locaux de Brive, lors d’une conférence de presse présentant la campagne de vaccination anti-grippale 2011-2012 qui vient de démarrer et qui se poursuit jusqu’au 31 janvier.

La grippe a tendance à être banalisée or il ne faut pas la prendre à la légère car chaque année, des personnes sont admises en réanimation à cause de complications respiratoires”, a alerté Catherine Pelletier, directrice de la CPAM qui déplore la baisse importante du taux de vaccination des personnes à risque (les plus de 65 ans ou celles atteintes de certaines maladies chroniques). Et cette année, la campagne de vaccination de l’assurance maladie intègre de nouvelles populations à risque: les personnes souffrant de maladies coronariennes (environ 290.000 patients en France) qui viennent s’ajouter aux populations à risque qui bénéficient habituellement de la prise en charge du vaccin à 100%.

Depuis l’an passé, la prise en charge de la vaccination a été simplifiée. L’ensemble des assurés concernés par le dispositif de vaccination reçoit de la CPAM un courrier personnalisé qui invite les personnes ayant déjà été vaccinées à se rendre directement chez le pharmacien pour récupérer le vaccin qui est déjà disponible. Pour les “primo-vaccinants”, ils doivent d’abord aller consulter leur médecin traitant pour qu’il vérifie la non contre-indication du vaccin. Et rien ne sert d’attendre: pour obtenir une couverture maximale, le public à risque a même tout intérêt à se faire vacciner rapidement. D’autant qu’il faut compter environ quinze jours entre le moment de la vaccination et celui où l’on est protégé.

Cette année, la CPAM de la Corrèze qui dépense 56.200 euros pour cette prise en charge, espère toucher un plus large public que l’an passé où 54,4% de la population corrézienne avait été vaccinée contre 62,7 % en 2009. “Notre souhait est que les assurés retrouvent confiance dans le vaccin car il constitue un moyen de protection efficace et reconnu pour les populations à risque”, termine Catherine Pelletier.

Plus d’infos sur le site de l’assurance maladie, en cliquant ici.

Catherine Pelletier, directrice de la CPAM, Yvon Cheraiki, président du Conseil et Yvette Fremaux, responsable du service de prévention ce matin, lors d'une conférence de presse présentant la campagne de vaccination anti-grippale 2011-2012

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire