L'actualité en continu du pays de Brive


Funny Fit: des amateurs très pro’

L'old school lauréate

“On est là pour le plaisir, pour le fun”, déclaraient les amateurs avant le départ de leur duathlon à 17h30. Et ils se sont surpassés sur un parcours qui ne les a pas épargné, même les licenciés du Brive Limousin triathlon ont souffert. La victoire revient à la “vieille école” du BLT qui a su s’imposer de bout en bout.

Le départ du premier relais avec les fémininesPour former une équipe, il fallait être quatre dont une féminine, première à prendre le départ de cette épreuve relais. Une bonne douzaine de teams devaient participer à ce Funny Fit. Beaucoup se sont désistées. En fait, et c’était plutôt décevant, il n’y avait que 6 équipes à s’aligner au départ de ce duathlon amateurs: trois équipes du Brive limousin triathlon (BLT), deux du partenaire Carrefour et une Coved montée à la dernière minute avec dans ses rangs rien moins que l’adjoint au maire André Pamboutzoglou. On dit que ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité et ces amateurs l’ont tous prouvé en allant jusqu’au but d’eux-mêmes. “J’ai vraiment terminé pour l’équipe, sinon j’aurais arrêté”, lâchait le maire-adjoint après avoir passé le relais à François Duboisset. Bel exemple d’esprit sportif.

800m course à pied, 4km vélo, et à nouveau 800m de course à piedLes plus aguerris redoutaient déjà de se frotter au parcours: “C’est super sprint”, souffle d’avance Denis, un senior du BLT. “Il y a pas mal de virages, difficile de se lancer”, constate Elodie, 15 ans. “C’est trop rapide pour quelqu’un de 38 balais, mais ça change, c’est ludique”, nuance Roland.

FIT days amateursNégocier les transitions n’a pas été simple pour les vrais amateurs qui y ont laissé quelques secondes d’un temps précieux. Dès le premier relais, les jeux étaient quasi faits: Aurélie Ajzenberg a creusé l’écart que ces coéquipiers, Alex Rebcussin, Michel Lafarge et Roland Pan, ont su maintenir. La Brive old school triathlon l’a emporté et su tenir à distance l’équipe moins âgée. “C’est une épreuve de jeunes”, avouait à l’arrivée Aurélie, 26 ans tout de même. “Ça sollicite plus le mental. Le deuxième 800 m de course à pied, juste après le vélo, ça casse les jambes, c’est de la survie. D’ailleurs, on est tous plus fatigués qu’à l’arrivée d’un triathlon classique.”

Après les amateurs, place au pro’ avec le Fit élite de ces Fitdays, rassemblant 7 équipes de champions internationaux.

*********

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

FIT days amateurs

André Pamboutzoglou dans la course

FIT days amateurs

FIT days amateurs

FIT days amateurs

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire