L'actualité en continu du pays de Brive


Frédéric Soulier: “La halle alimentaire pourrait être une locomotive pour le centre-ville”

intro reunion halle alimentaire

Les commerçants du centre-ville étaient conviés, vendredi soir, à la CCI, à une réunion avec les élus et techniciens de la Ville, et des représentants de Territoires, autour de la nouvelle page urbaine de Brive et de la halle alimentaire qui pourrait naître place de Lattre de Tassigny.

Pour le maire de Brive Frédéric Soulier, cette halle pourrait être “une locomotive pour attirer de nouveaux consommateurs en centre-ville”.

questions 1La nouvelle page urbaine de Brive fait l’objet d’une concertation jusqu’en automne. Ce document (à télécharger via ce lien), « né d’un travail sur l’ensemble des études ayant traité de la ville depuis 30 ans », a expliqué le maire de Brive Frédéric Soulier, vise à préparer l’avenir de la commune « pour les 30 à 40 ans à venir ».

Conviés à une réunion autour de cette nouvelle page urbaine en présence des élus et techniciens de la Ville et de représentants de Territoire, les commerçants du centre-ville ont pu profiter d’une présentation détaillée du projet de halle alimentaire sur la place de Lattre de Tassigny.

reunion halle alimentaire« Cette halle n’est qu’un élément parmi beaucoup d’autres de cette page urbaine », a précisé Frédéric Soulier. Néanmoins, face à un public concerné de près, il a chargé Nicolas Freida, directeur de Territoires et chargé du développement économique de l’Agglo du bassin de Brive et de la Ville, d’expliquer le projet en entrant dans les détails.

Avant lui, Olivier Nicaud, directeur des services techniques de l’Agglo du bassin de Brive et de la Ville, avait expliqué que la page urbaine prévoyait « un parking souterrain de 300 places sous la place Churchill », donc à proximité immédiate la future halle alimentaire.

freida« Cette future halle bénéficiera d’entrées sur chaque façade et sera également ouverte vers le square Auboiroux », a décrit Nicolas Freida. « Sur le parvis réaménagé, le stationnement de surface et les arrêts de bus seront maintenus et les commerçants non sédentaires pourront toujours s’installer les jours de marché. Un auvent généreux permettra à ceux n’ayant pas de parasols de se protéger de la pluie comme du soleil ».

Sur la halle alimentaire en tant que telle, « elle sera entièrement consacrée aux métiers de bouche, avec éventuellement aussi un marchand de journaux et un fleuriste ». Elle proposera, sur une surface totale de 800 m2, « 16 étals avec des surfaces allant de 13 m2 à 26 m2 » et sera « ouverte tous les jours, a priori de 6h à 14h ».

« La gestion et l’animation pourront être assurées par une association des commerçants de la halle ou par un prestataire extérieur. »

pano questions

Les candidatures pour obtenir un étal sont ouvertes jusqu’au 15 septembre auprès de Brive Entreprendre. Une commission Ville, CCI, CMA désignera les candidats retenus.

« Si un candidat est déjà installé en centre-ville, il devra s’engager à maintenir son commerce même s’il obtient un étal sous la halle », a précisé Nicolas Freida.

reunion maireEn réponse aux questions des commerçants, Frédéric Soulier a indiqué voir cette halle « comme une locomotive pour le sud du centre-ville susceptible d’attirer de nouveaux chalands. »

Après avoir indiqué que « la halle, qui n’est pas l’alpha et l’oméga de l’attractivité du centre-ville, ne se fera qu’à la condition d’avoir 50% de candidatures retenues avant le lancement de sa construction » (prévue, le cas échéant à partir du 4e trimestre 2017 pour une durée d’un an environ – NDLR), le maire de Brive s’est dit « certain d’une seule chose » : « si nous n’agissons pas, les zones Ouest et Est vont continuer à attirer le chaland, au détriment du centre-ville.”

Et l’élu d’ajouter: “Sachez que, selon une étude sérieuse de la CCI réalisée il y a 7 ans, sur 100 euros dépensés sur Brive, 20 euros seulement le sont auprès des commerçants du centre-ville. Il faut se doter de moyens et d’outils tels que la halle alimentaire pour faire augmenter ce chiffre, qui n’a eu de cesse de chuter ces dernières années ».

Frédéric Soulier a indiqué vouloir « prendre (ses) responsabilités de maire » en misant sur le fait que « la halle, les programmes d’investissements en centre-ville et la création du parking souterrain Churchill forment un tout qui permette au centre-ville d’être encore plus attractif ».

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire