L'actualité en continu du pays de Brive


Franck Bouysse à la rencontre des collégiens de Rollinat

Quelques jours avant la sortie des classes, Franck Bouysse, l’auteur de Né d’aucune femme, était allé à la rencontre des collégiens de Rollinat qui comptent parmi les jeunes Corréziens à avoir répondu à son appel à imaginer le monde d’après.

“Nous tous, humains, avons besoin de laisser une trace pour exister”, expliquait récemment aux élèves de Rollinat Franck Bouysse, l’écrivain natif de Brive, auteur de nombreux succès et lauréat de plusieurs prix.
Il y a les traces blanches laissées par les avions dans le ciel dont l’écrivain comme les collégiens ont noté l’absence pendant le confinement, puis la réapparition. Puis il y a aussi celles laissées par l’encre des mots dans les livres. Ce sont ces traces-là que Franck Bouysse a exhortées les jeunes Corréziens à laisser.

A travers ce projet d’éducation artistique et culturel construit avec le Rectorat de Limoges, Franck Bouysse les avait invités à imaginer le monde de l’après Covid 19. “Pendant le confinement, ils se sont retrouvés dans une situation paradoxale entre virtualité et solitude“, note l’écrivain qui a déjà pu lire de nombreux textes. “Nous avons reçu plus de 450 contributions, des textes en prose, des poèmes, des dessins aussi.” Ils étaient libres d’utiliser la forme qu’ils voulaient. Et ils ne s’en sont pas privés. Mais plus encore que le nombre et la forme, c’est le fond qui a interpelé Franck Bouysse.

“Ils sont d’une maturité incroyable, tout à fait lucides sur la marche du monde. Ils posent un regard acerbe sur les travers de la société comme le gaspillage et ont pleinement conscience que le changement viendra d’eux.” A travers des lectures mises en musique, au rythme des percussions mandingues ou de compositions au piano, les élèves ont à tour de rôle lu leur travail.

A côté d’Inès qui rêve de découvrir et vivre dans une galaxie « juste à côté du bout de l’univers », Alice met en garde contre les vertiges du rêve. A trop rêver, on s’endort. Quant à Raoul, il n’ignore déjà rien de la faculté d’oubli des hommes et questionne : « A quoi bon se maintenir en vie si l’on ne fait pas ce qui donne un sens à notre vie, ce qui nous fait vibrer ? » Lui aspire à la liberté, il veut pouvoir tourner la page du confinement, il voudrait surtout que le monde d’après soit différent du monde d’avant.

L’ensemble de ces 450 contributions seront réunies dans un livre. Un livre qui laissera la trace de cette expérience, de leur existence pendant le confinement. Il participera aussi peut-être à faire réellement exister leur monde d’après, celui dont ils ont rêvé.
De son côté Franck Bouysse continue lui aussi de laisser des traces qui, d’ouvrage en ouvrage, construisent une œuvre. En août sortira aux éditions Albin Michel son nouveau roman Buveurs de vent.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire