L'actualité en continu du pays de Brive


Foire du livre : C’est quoi le rock ? par Philippe Manœuvre

Bon pied bon œil, Philippe Manœuvre, 67 ans, mémoire française vivante – malgré tout – du rock n’roll, présentait son livre Flashback Acid (Robert Laffont) en exclusivité mondiale depuis la Foire du livre de Brive. Le journaliste a fait le show au Forum des lecteurs. Blouson en cuir, lunette fumée, micro à la main et anecdotes à revendre. Lenny de Motörhead, David Bowie, la drogue, le rock d’aujourd’hui, l’alcool, le rap, les maisons de disques, l’alcool, la drogue. A 100 à l’heure, comme une chanson des Ramones, Philippe est à la manœuvre. Sex, drug et rock n’roll !

Sous la halle Georges Brassens (premier chanteur rock français ???), Philippe Manœuvre, ex-rédacteur en chef de Rock & Folk, est venu faire la promotion de son dernier bouquin, Flashback Acid (Robert Laffont), mémoires rock n’roll sous addictions. Le journaliste parle comme il écrit… vite, c’est net, précis, franc, sans détour et avec le sens de la formule, du slogan comme le tube des Ramones Blitzkrieg Bop : « Hey Ho Let’s Go ! » Embarquement dans le monde acidulé de Philippe Manœuvre où la vie se déroule comme un clip des Guns n’ Roses, une voiture lancée à toute vitesse dont les freins lâchent, un solo de guitare qui passe à la radio. Le rock c’est ça !

Dans son livre Philippe Manœuvre évoque ses nombreux souvenirs d’une période qui pourrait passer comme révolue où rock rimait avec drogue et alcool… David Bowie et le cinéma japonais, Lenny de Motörhead demi-dieu du rock n’ roll, les concerts en URSS ou au Mexique et dans tout ça le dénominateur commun, la drogue et l’alcool… « Cela faisait partie de la vie à ce moment là, de ce mode de vie… la drogue et l’alcool font partie du rock. Combien de chansons ont été composées sous l’effet de la drogue. La drogue a même modelé certains styles musicaux. »

« Mais attention, il ne s’agit pas de promouvoir ou de banaliser ces deux fléaux que sont la drogue et l’alcool car le bilan est lourd. Combien de personnages merveilleux nous avons perdu ? Combien d’amitiés brisées ? » Et c’est un repenti qui le dit…

Témoin privilégié de l’évolution de ce style musical qu’il a dans la peau et les veines, Philippe Manœuvre ne mâche pas ses mots notamment à l’égard des maisons de disques qui ont « décidé unilatéralement que le rock était fini et que le rap était désormais la musique qu’il fallait écouter. Ces mêmes maisons de disques qui mettent des bâtons dans les roues dans l’écriture des articles si on a le malheur de mal critiquer un album… c’est très compliqué. »

 

Bon joueur, Philippe Manœuvre, lucide, avoue également « que le rock n’est peut être plus aussi subversif qu’il fût… »

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire

20 + 1 =