L'actualité en continu du pays de Brive


Favoriser l’insertion des jeunes des quartiers prioritaires par la mobilité

 

Parce que la mobilité est une condition majeure de l’insertion, l’Ader (Association départementale pour l’éducation routière et l’aide à la mobilité) a signé ce matin dans ses locaux de la rue Bessemer à Malemort une convention avec le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Elle a donné lieu au financement de 6 scooters supplémentaires qui aideront les jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville à se déplacer.

Le constat dressé à l’unanimité ce matin est simple et sans appel: “L’absence de mobilité est un des principaux freins à l’emploi”. Jacques Peyrusse, le président d’Ader 19 qui veut faciliter l’insertion socio-professionnelle des publics en difficulté en veut pour preuve ces chiffres nationaux tirés du laboratoire de la mobilité inclusive: 70% des personnes en poste ont peur de perdre leur travail à cause du manque de mobilité et une sur 2 refuse un travail pour cette raison. C’est toujours elle qui empêche 32% de la population de se rendre à un entretien d’embauche et qui en contraint 28% à abandonner un emploi.

“C’est pour remédier à cette problématique que l’on a monté avec la Ville, l’Agglo, la Mission locale et la Fondation agir contre l’exclusion, ce projet qui cible les jeunes des quartiers prioritaires.” Il s’inscrit dans le cadre du développement de la plateforme de mobilité départementale, portée par l’Ader et mise en place en juin 2014. “C’est un beau projet qui aidera de nombreuses personnes à accéder à un emploi ou le conserver”, a souhaité Alexandre Bonnie, conseiller municipal, complété par Jean-Paul Vicat, sous-préfet de Brive, qui a salué le côté “novateur et très concret” de ce projet.

Financé par la CGET, l’Agglo et le plan départemental d’action et de sécurité routière, il a permis à l’association de palier à l’insuffisance de son parc en faisant l’acquisition de 6 scooters supplémentaires. “Au total, on en a une vingtaine, et une dizaine de voitures“, complète Jean-Marie Nicolle, le directeur, en précisant que grâce à tout un réseau de partenaires, quelque 600 personnes fréquentaient l’association sur le département.

Mis en location de manière ponctuelle (3 mois environ), ces 6 scooters vont permettre aux jeunes des quartiers prioritaires de la ville de palier aux imprévus comme des pannes de voiture. “Notre accompagnement est sur-mesure“, termine le directeur. On construit un parcours personnalisé qui comprend notamment un diagnostic mobilité et le passage du permis de conduire, dont le AM (ex BSR).” L’enjeu étant in fine d’aller vers une mobilité autonome et durable, condition majeure de l’insertion.

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Mot clé

Laisser un commentaire