L'actualité en continu du pays de Brive


Facteurs : la grève endeuillée

Les facteurs de Brive très affectés cet après-midi, par la mort de l’un des leurs, il a succombé à un malaise cardiaque.

Alors qu’une délégation discutait du protocole de reprise avec la direction à Brive, les facteurs attendaient à l’extérieur, vers 17 heures un homme s’est effondré, il devait décéder dans les minutes qui ont suivi. Les services de secours rapidement sur les lieux ont déployé d’importants moyens pour réanimer le facteur  âgé de 53 ans, mais tous les efforts ont été vains. Au terme d’un mois de grève, les facteurs sont fatigués, mais personne ne peut dire qu’il y ait une relation de cause à effet entre cette issue dramatique et le conflit.

Les facteurs présents au moment de la mort de leurs collègue ont été très touchés, certains ont fait des malaises mais fort heureusement sans grande gravité. Une cellule psychologique a été mise en place pour écouter ces hommes et ces femmes en grande détresse. Patricia Bordas, premier adjoint au maire s’est rendue sur place.

La suite du conflit semble bien évidemment dérisoire dans ce contexte, mais la grève se poursuivra à l’évidence demain et lundi.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

10 commentaires

  •    Répondre

    Un homme courageux est mort en défendant son travail et le service public .

    Respect et toute ma solidarité avec sa famille et ses compagnons de lutte!

  •    Répondre

    Un homme courageux est mort en défendant son travail et le service public .

    Respect et toute ma solidarité avec sa famille et ses compagnons de lutte!

  •    Répondre

    pour bien le connaitre je dirais un GRAND homme est mort.

  •    Répondre

    pour bien le connaitre je dirais un GRAND homme est mort.

  •    Répondre

    adieu gros Bébert, tu restera pour toujours dans nos mémoires.

  •    Répondre

    adieu gros Bébert, tu restera pour toujours dans nos mémoires.

  •    Répondre

    toute mes condoléances à la famille de BEBERT;
    mais ce n est pas non plus une raison pour prendre les brivistes en otage. pour ma part mon cheque de salaire est bloqué a ussac et ma banque veut me ficher a la banque de france.
    votre greve est peut etre justifier mais il y a d autre moyen que de pénaliser tout le monde.
    merci de distribué le courier rapidement

  •    Répondre

    toute mes condoléances à la famille de BEBERT;
    mais ce n est pas non plus une raison pour prendre les brivistes en otage. pour ma part mon cheque de salaire est bloqué a ussac et ma banque veut me ficher a la banque de france.
    votre greve est peut etre justifier mais il y a d autre moyen que de pénaliser tout le monde.
    merci de distribué le courier rapidement

  •    Répondre

    Évidemment, dans une grève, il y a toujours des dommages collatéraux. Bon apparemment vous, vous préférez sans doute incendier ceux qui sont en première ligne sous votre nez. Normal, on vous a sans doute donné un téléphone qui ne marche pas. Voyez la situation, ce sera beau avec une distribution réalisée par des gens pas formés voir même incompétents. (cadres de la poste qui viennent casser en toute impunité, un droit prévu par la constitution, le droit de grève)Facteur c’est un métier. On le défend. Travailleur privé à 1100 euros net par mois, je suis désolé, un de mes amis est mort pour ses idées. On ne lâchera pas l’affaire, prenez vous en aux assassins et aux vrais responsables. Y’a un moment, il faut essayer de comprendre les problèmes.
    Si ça se trouve, ces cadres à 3 ou 4 boules par mois qui ont distribué le courrier, ils se sont trompés de boite ! C’est aussi, pour vous croyez moi que l’on se bat.
    Avec toute ma compréhension
    Stéphane

  •    Répondre

    Évidemment, dans une grève, il y a toujours des dommages collatéraux. Bon apparemment vous, vous préférez sans doute incendier ceux qui sont en première ligne sous votre nez. Normal, on vous a sans doute donné un téléphone qui ne marche pas. Voyez la situation, ce sera beau avec une distribution réalisée par des gens pas formés voir même incompétents. (cadres de la poste qui viennent casser en toute impunité, un droit prévu par la constitution, le droit de grève)Facteur c’est un métier. On le défend. Travailleur privé à 1100 euros net par mois, je suis désolé, un de mes amis est mort pour ses idées. On ne lâchera pas l’affaire, prenez vous en aux assassins et aux vrais responsables. Y’a un moment, il faut essayer de comprendre les problèmes.
    Si ça se trouve, ces cadres à 3 ou 4 boules par mois qui ont distribué le courrier, ils se sont trompés de boite ! C’est aussi, pour vous croyez moi que l’on se bat.
    Avec toute ma compréhension
    Stéphane

Laisser un commentaire