L'actualité en continu du pays de Brive


Emmaüs, côté jardin

Theatre Isabelle Machado1pano

Samedi à 14h, les locaux d’Emmaüs accueillent l’atelier côté jardin du Conservatoire. Les élèves de 9 à 12 ans en classe de théâtre y jouent Cent culottes et sans papiers de Sylvain Levey. Une pièce sur les vêtements abandonnés dans la cour de récré qui est plus profonde qu’il n’y paraît. Ils la reprendront mercredi 8 juin à 18h30 durant la Semaine du théâtre qui se déroule du 7 au 12 juin à l’auditorium Francis Poulenc.

Theatre Isabelle Machado3A Bouquet où une dizaine de jeunes de la classe de théâtre du Conservatoire répètent chaque mercredi, sont disposés cet après midi-là des petits tas de vêtements: ciret jaune, blouson noir, tee-shirt rose, maillot de foot, bonnet péruvien… Tous prêtés par l’antenne Emmaüs de Brive où se joue ce samedi à 14h la pièce de Sylvain Levey, Cent culottes et sans papiers sur laquelle ces enfants âgés de 9 à 12 ans ont travaillé.

Theatre Isabelle Machado7“Ce texte raconte des histoires à partir de vêtements trouvés dans une école. On part de jeux de cour de récré pour parler de choses assez profondes“, explique leur professeur Isabelle Machado. Un jeu, c’est justement par là que le cours commence pour habituer les enfants à la présence et la manipulation des vêtements; car s’il sont intégrés au spectacle de samedi à Emmaüs, ils ne seront que projetés à l’auditorium Francis poulenc où les enfants rejoueront cette pièce le 8 juin dans le cadre de la semaine théâtre. Elle réunira sur scène la petite centaine d’élèves âgés de 9 à 70 ans suivant des cours de théâtre au conservatoire.

Theatre Isabelle Machado5L’exercice qui ouvre le cours consiste ainsi à s’approcher d’un des vêtements étalés par terre, l’attraper, prendre connaissance de la matière et la décrire. “C’est parti, lâchez vos bras et ancrez vos pieds dans le sol”, demande le professeur. Au terme d’un premier passage, Isabelle Machado exhorte les enfants à aller plus loin dans leurs descriptions. “A qui ce vêtement a pu appartenir, pourquoi a-t-il été acheté, à quel désir répond-il… Les vêtements ont des histoires. Tiens, cette cagoule, c’est apparemment un garçon du nom de Chevalier qui l’a portée”, explique-t-elle en décryptant l’étiquette.

Et tandis qu’un mouchoir fait remonter dans l’esprit d’une fillette le souvenir de son grand-père, un blouson noir fait naître dans l’imaginaire d’une autre le profil d’un motard gothique. “Rappelez-vous dans notre pièce”, reprend le professeur, “c’est Jimmy qui portait ce blouson noir. Il est mort étranglé car il a joué au jeu du foulard et cette cagoule, elle appartenait au petit Samir qui a été renvoyé dans son pays. C’est l’histoire des sans papiers…” Elle poursuit: “Bien sûr, on s’amuse à jouer au théâtre mais derrière, il y a un message. Les vêtements sont le prétexte pour raconter des histoires. Et c’est nécessaire pour ne pas oublier.”

Theatre Isabelle Machado1pano bis

Theatre Isabelle Machado2

Theatre Isabelle Machado4

Theatre Isabelle Machado6

Theatre Isabelle Machado8

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire