L'actualité en continu du pays de Brive


Elan citoyen auprès des forces de défense à Brive

intro cirfa

Les militaires du CIRFA, le Centre d’information et de recrutement des forces armées, ne cessent pas de recevoir des demandes d’engagement ou de renseignement. Les chiffres montrent une augmentation de 200% de ces contacts depuis les attentats de Paris vendredi dernier. Un réflexe citoyen qui ne faiblit pas depuis.

Terre, air, mer, les 3 armes de nos forces de défense sont concernées par cette recrudescence de demandes de la part du public. demande de renseignementL’armée de terre est bien entendu la plus sollicitée, non seulement parce qu’elle représente aux yeux des civils la “première ligne” pour lutter contre le terrorisme, mais aussi parce qu’elle regroupe les plus importants effectifs de l’armée française.

Depuis la terrible nuit de vendredi dernier, c’est par dizaines que des citoyens, de tous âges et de toutes conditions, téléphonent, envoient des mails ou viennent directement dans les bureaux du CIRFA, en bord de Corrèze. Certains veulent s’engager, d’autres simplement se mettre à la disposition des forces armées pour apporter leur aide. 23649719Il y a des jeunes, certains adolescents, qui veulent embrasser la carrière militaire pour servir, aujourd’hui plus qu’hier, leur pays comme ce garçon de 15 ans pour qui les attentats ont déclenché chez lui l’envie de servir son pays, plutôt que de rester chez lui à attendre, et qui veut ainsi “revendiquer sa fierté d’être Français”.

Il y a aussi beaucoup de personnes, des hommes pour l’essentiel, entre 30 et 45 ans, qui ne rentrent plus dans les critères pour faire une carrière militaire mais qui souhaitent apporter leur aide, d’une manière ou d’une autre. Des gens qui ont un travail, sont mariés, ont des enfants, et qui veulent se rendre disponible à l’effort de défense contre les dangers qui menacent notre pays. Des gens qui ne veulent pas rester passifs après ce qu’il s’est passé à Paris. Rafale-et-Porte-avions-FotoC’est le cas de cet homme de 44 ans, marié, 3 enfants, qui indique qu’après les attentats, lui qui a pourtant eu l’impression de perdre son temps lors de son service militaire, veut se rendre utile, “quand on voit ce que l’être humain est capable de faire, je suis à votre disposition”, précise-t-il.

Toutes ces demandes, les militaires du CIRFA les traitent, sans exception. Leur expérience leur permet de déceler les “sérieuses” volontés de s’engager mais, de leur propre aveu, et non sans une certaine satisfaction, ils reconnaissent que depuis ce week-end, il n’y a pratiquement rien à écarter. Tous les Corréziens qui ont pris contact ont, selon eux, la motivation. Tous cependant ne pourront intégrer l’armée de terre, la marine ou l’armée de l’air. Il y a notamment des critères d’âge à respecter, mais tous seront aiguillés vers un moyen de participer à l’effort du pays.

Pour les plus jeunes, cela se traduit par un engagement actif. Cela peut être aussi le choix de ce que l’on appelle la réserve. 10_preparation-et-depart-pour-l-afghanistan-du-126e-ri_imagelargeCelle-ci est opérationnelle jusqu’à 35 ans, c’est à dire qu’elle supplée les forces armées actives et peut être amenée à effectuer les mêmes missions. Après 35 ans, il existe ce que l’on appelle la réserve citoyenne, un bénévolat citoyen, qui peut être amené ponctuellement à apporter son aide à la Défense mais sans caractère proprement militaire. Chaque volonté peut trouver une réponse et l’élan qui se manifeste depuis les attentats de Paris est, pour les militaires, un nouvel exemple qu’il existe un lien très fort entre l’armée et la nation.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Mot clé

Laisser un commentaire