L'actualité en continu du pays de Brive


Du Bleu en hiver déverse son jazz à Brive

Après un lancement réussi dans son fief historique tulliste, le festival de jazz s’enracine à Brive à partir de mercredi avec dix concerts dont sept gratuits. Rendez-vous du 25 au 28 janvier au théâtre, au conservatoire, à la médiathèque ou au centre culturel. Un joli programme avec des jazz magnétiques aux influences plurielles et ça commence en fusion pour finir avec une DJ. Infos sur sn-lempreinte.fr et au 05.55.22.15.22.

Jazz fusion. Trio François Raulin, Malid Bekkas, Émile Biayenda, mercredi 25 janvier à 21h au théâtre

Un Français, un Marocain et un Congolais. Au piano, guembri et percussions, ils incarnent chacun une culture musicale différente et entremêlent chaleureusement les harmonies de l’occident, la trace gnaoua et la battue des rythmes congolais. Trois cultures affairées à joindre leurs forces, à observer leurs points communs, à jouer de leurs différences. Voici du jazz dansant sur des structures enchevêtrées, élevant des petits monuments de belle fraternité. Durée: 1 heure. De 10 à 21 euros, carte 3 concerts et + ou carte Empreinte 3 et +.

Jazz clair-obscur. Haléïs, jeudi 26 janvier à 18h30 au théâtre

Mené par la chanteuse et compositrice Juliette Meyer, ce quartet fait se rencontrer le jazz contemporain, l’improvisation, l’électronique et la poésie, vers une musique étrange, singulière, à l’image de son nom, tiré de l’ancien français Haléïs, signifiant “cri retentissant”. Durée: 1 heure. Gratuit.

Jazz lointain. Concerto pour Sokou, jeudi 26 janvier à 21h au théâtre

Oui, il y a du violon en Afrique et cela s’appelle le sokou. Un instrument petit en taille, grand en émotion comme le prouve la dernière création du violoniste Clément Janinet. Ce quintet entremêle les sonorités des musiques peuhl et des musiques improvisées occidentales. Durée: 1 heure. De 10 à 21 euros, carte 3 concerts et + ou carte Empreinte 3 et +.

DJ set. Poğaça switch. Ömer Sarigedik, jeudi 26 janvier à 23 au théâtre

Les poğaça, c’est ces petits pains fourrés aux multiples saveurs qu’on goûte sur les bords du Bosphore. Ici le jazz prend des accents psychédéliques anatoliens, s’épice de boucles électro voyageuses et d’un micro sampling ultra contemporain. Durée: 1 heure. Gratuit.

Nuit des conservatoires. Chez Barbaro – 4tet, vendredi 27 janvier à 18h30 à l’auditorium Francis Poulenc

Les quatre enseignants des conservatoires de Brive et Tulle invitent les grands élèves de leurs classes pour une première partie. Le 4tet revisite ensuite les grands et inoubliables standards du jazz de John Coltrane à Herbie Hancock, de Miles Davis à Charly Mingus, notamment… Tout un programme qui joue l’improvisation sur des thèmes signés Charles Balayer. Durée: 1 heure. Gratuit.

Jazz enraciné. Rhizzotome, vendredi 27 janvier à 21h au centre culturel

Armelle Dousset et Matthieu Metzger. Né dans la rue mais parfaitement éduqué, ce duo ne prend pas la musique de haut mais par le haut. Rhizottome a choisi ses influences dans le classique (hello Rameau, salut Schubert), les croise avec la tradition populaire et les registres propres à l’accordéon et au saxophone. Durée: 1 heure. De 8 à 14 euros. Carte 3+.

Selfcooking. Matthieu Metzger solo, samedi 28 janvier à 15h à la médiathèque

Varier les plaisirs autour du saxophone et s’aventurer sur des chemins inattendus, c’est ce que propose Matthieu Metzger, en solo avec saxophones et électronique… Voyage au cœur du son qui puise ses racines créatives dans la musique électronique autant que le répertoire baroque. Durée: 1 heure. Gratuit.

Jazz caribéen. Afropolis, samedi 28 janvier à 18h30 au théâtre

Il faut entendre Sélène Saint-Aimé, sa contrebasse et son flow vocal, pétri d’histoire et de récits fragiles. En duo avec Boris Reine-Adelaïde, percussionniste martiniquais, la musicienne questionne les liens entre tradition et improvisation actuelle. Une liberté créative absolue. Ici, la musique est une mère nourricière dont les bouillons turbinent et les torrents fredonnent. Durée: 1 heure. Gratuit.

Jazz lumineux. Insula, samedi 28 janvier à 21h au théâtre

Le jeune pianiste martiniquais Maher Beauroy se libère de toute contrainte et joint les musiques du monde entier. Loin de toute tentation identitaire, Insula va puiser à toutes les sources. C’est émouvant d’entendre le jazz caribéen tutoyer la musique arabo-andalouse. Émouvant d’entendre ces 10 instrumentistes et chanteuse débattre de liberté. Durée: 1 heure. De 10 à 21 euros, carte 3 concerts et + ou carte Empreinte 3 et +.

Jazz after. DJ Caline Castagne, samedi 28 janvier à 23h au théâtre

Caline Castagne, meilleure dj de salon, toujours en quête du groove imparable. Pour le festival, elle se met au Bleu et fait une sélection de la musique qui la nourrit essentiellement, le jazz et ses influences. Une playlist de nuances de bleu, d’avant-hier, d’hier et d’aujourd’hui, pour émouvoir et faire danser.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

dix-neuf − quatorze =