L'actualité en continu du pays de Brive


Don du sang: "Il faut reconstituer les réserves"

intro don du sang

Depuis samedi, c’est une mobilisation jamais vue. “Hier, sur toute l’Aquitaine, on attendait 600 poches de sang, un lundi ordinaire. On en a prélevé 9770“, comptabilise le docteur Yves Couteret, responsable du site de Brive où les dons ont également plus que doublé. Face à l’afflux de donneurs, l’Établissement français du sang (EFS) appelle à étaler les dons et, surtout, les poursuivre, plus tard. “Il faut reconstituer les réserves.”

Samedi, au lendemain des attentats de Paris, le centre de prélèvement de Brive était fermé, ce qui n’a pas empêché le docteur Couteret de trouver des candidats devant la porte close. Brive n’échappe pas à la mobilisation nationale. “Le lundi, on a habituellement une dizaine de donneurs de sang, hier, on en a eu 32. Et on s’attend à 5 ou 10% de plus sur les collectes prévues toute la semaine.”

don du sang 1Ce matin encore, de nouveaux candidats ont franchi le pas. Comme Laurence. “Ça fait longtemps que je voulais le faire. Samedi, ça a été un électro choc, j’ai vraiment pris conscience qu’il fallait venir donner. Je suis O négatif, un groupe assez recherché.” Même chose pour Virginie qui, après un plus d’un an d’absence, a retrouvé le chemin du centre: “Tous ces blessés… Mon sang ne servira peut-être pas pour ça, mais c’est psychologique, une façon de faire quelque chose, d’aider. Et ça peut sauver des vies…”

don du sang pochesUn bel élan de solidarité que le docteur Couteret aimerait voir perdurer: “C’est bien que la population se mobilise, mais après plus de 30 ans au service du don du sang, je sais que ça peut vite retomber, on passe à autre chose, on oublie et heureusement sinon on ne pourrait plus vivre.” Avec malgré tout toujours le même espoir: “Une fois qu’on a fait le premier pas, c’est en général plus facile de revenir.” Pour le responsable, la vraie mobilisation est durable et il y a encore beaucoup de marge: “les donneurs représentent seulement 3,9% de la population”.

don du sang 2Avec aussi un objectif dans l’immédiat: “Il faut reconstituer les stocks le plus rapidement possible”. Comme les autres régions, l’Aquitaine a envoyé des poches sur Paris après les attentats – “surtout des plaquettes”. “La réserve idéale est de 14 jours c’est à dire qu’on peut tenir 14 jours si l’on s’arrête de prélever. Nous étions à 12 jours avant vendredi, c’est largement suffisant pour faire face aux situations dans le calme.”

D’où la nécessité aussi d’étaler ces dons et d’être régulier: “Tout le monde n’a pas un centre ou une collecte à proximité. Il faut attendre qu’elle arrive et à ce moment là, il ne faudra pas oublier de donner.”

Pour connaître les collectes, vous pouvez consulter le site de l’EFS: dondusang.net.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire