L'actualité en continu du pays de Brive


Désenclavement du Nord et du Sud corrézien: la majorité du Conseil général et Bernadette Chirac votent la poursuite des études sur deux tracés

Le désenclavement du Nord du Lot et du Sud de la Corrèze a eu le mérite d’alimenter le même jour les travaux du Conseil général du Lot et ceux du Conseil général de la Corrèze réunis aujourd’hui en séance plénière. Aucun tracé n’a été définitivement arrêté.

On pouvait penser qu’un choix serait fait sur une des options avancées pour raccorder le pays de Bretenoux à l’autoroute A 20. Finalement les deux Conseils généraux ont décidé de mener dans les meilleurs délais des études d’impact complètes sur deux tracés : Le T 2-1  qui permettrait une liaison entre  Saint Michel de Bannières pour “couper” l’A 20 peu après Nespouls et l’option plus au Sud qui correspond au tracé  3 , pour une jonction  avec l’A 20 à hauteur de Martel.

Pour l’instant aucun choix définitif n’est arrêté. “Nous devons faire en sorte que les études soient faites en cohérence avec le département du Lot”, a dit François Hollande.  En somme ces études devraient se prolonger  durant une année, une attitude à l’évidence politique à quelques mois des élections cantonales. Cette position de ne pas trancher aujourd’hui mais de donner un peu de temps au temps pour mener à bien des études complémentaires a été votée à l’unanimité par la majorité de gauche du Conseil général, mais aussi par Bernadette Chirac. Trois conseillers généraux de l’opposition; Pascal Coste, Jean Pierre Decaie, Henri Salvant ont voté contre, les autres élus de l’opposition se sont abstenus.

Il appartiendra donc aux techniciens de mesurer les avantages d’un tracé par rapport à l’autre, aux impacts sur l’environnement en sachant que le tracé Sud ne coûterait pas un euro au département de la Corrèze puisque celui-ci se situe exclusivement sur le département du Lot. L’autre fuseau plus au Nord parcourait six kilomètres sur le territoire corrézien et la participation financière du département serait de l’ordre de 18 millions d’euros environ. “ Ce qui est important c’est que l’on ne perde pas de temps, le projet avance”, a souligné lors du débat Jacques Descargues le Conseiller général de Beaulieu qui a poursuivi : “Pour le Sud Corrézien c’est compliqué de passer par Martel, il faudra des arguments de poids pour que l’on change d’avis, ce qui est sûr c’est que ce bassin économique a besoin d’être raccordé sur Brive”. Maintenant la parole est aux experts, mais entre le Nord et le Sud il faudra bien finir par choisir.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire