L'actualité en continu du pays de Brive


Deux sujets importants au menu du conseil municipal

Conseil

Les conseillers municipaux débattront ce soir de 2 sujets très importants pour la collectivité: la modernisation et l’harmonisation des relations sociales et humaines, et la nouvelle page urbaine. Le premier veut établir de véritables règles de gestion et une refonte du régime indemnitaire des personnels municipaux, du CCAS et de l’Agglo. Le second présente un avant-projet de la nouvelle page urbaine, destinée à construire le Brive de 2030.

 

“C’est une grande réforme car elle est faite avec l’Agglo et met fin à de nombreuses iniquités entre les agents des différents services”. C’est en ces termes que Frédéric Soulier présentait ce matin ce dossier majeur qui sera débattu ce soir lors du conseil municipal. Cette modernisation et harmonisation des relations sociales et humaines de la Ville, du CCAS et de l’Agglo est, selon lui, “la mise en place d’une règle de fonctionnement égalitaire, là où il n’y en avait pas jusqu’à présent”. Il s’agit, en effet, de mettre sur un pied d’égalité tous les agents des différentes collectivités qui, jusqu’à aujourd’hui, étaient régis par une dizaine de régimes différents, “avec quelquefois, dans le même bureau, 2 agents de même catégorie, faisant le même travail, et ne touchant pas le même salaire à la fin du mois”.

Depuis son annonce, cette réforme fait grincer des dents, même si l’UNSA, majoritaire, a décidé de l’approuver et de la voter. Pourtant, comme le souligne le maire, “50 heures de discussion ont eu lieu avec les représentants syndicaux et du personnel, le dialogue n’a jamais été interrompu et plusieurs changements sont intervenus par rapport au projet initial”.conseil3C’est l’intérêt général qui a prévalu et nous pouvons être fiers du travail accompli car il montre qu’une entreprise, ou une collectivité, publique peut être réformée”.

4 objectifs et points fondateurs majeurs ont été, dès l’origine, au centre de ce projet de réforme. Et Frédéric Soulier de les détailler: “le respect de la loi sur le temps de travail. L’harmonisation par le haut d’un certain nombre d’iniquités sociales. La reconnaissance de la valeur professionnelle avec l’octroi d’une prime supplémentaire. Le fait que toutes les économies générées par l’application de la loi sur le temps de travail soient entièrement redistribuées aux agents”. Le maire a ainsi insisté sur le fait que cette réforme pose des “bases justes, saines et équitables au niveau social, là où il n’y avait pas vraiment de règles avant, et que cela va se faire sans que les agents ne perdent un euro de salaire et sans amener aucun frein à leur développement de carrière”.

Cette réforme n’est cependant pas figée dans le marbre, d’une part parce qu’elle fera l’objet d’une évaluation, d’autre part parce que le maire veut continuer de travailler à l’avenir 3 points importants à ses yeux: “la formation professionnelle, la qualité de vie au travail et la couverture maladie avec la volonté dans les années à venir d’augmenter encore davantage la contribution financière de la collectivité à la complémentaire santé”.

Le second sujet important des débats de ce soir est la nouvelle page urbaine. Ce document établi par les services de la Ville et de l’Agglo porte les ambitions de la municipalité en terme d’aménagement urbain. conseil2Cet avant projet veut être une feuille de route et un plan guide de la collectivité sur les enjeux de demain en matière de stationnement, de circulation, d’habitat, de commerces ou d’aménagements urbains pour donner un nouveau souffle à la Ville à l’horizon 2030. “Il faut revoir les choses” estime Frédéric Soulier en citant des chiffres révélateurs. “En 1975, la ville comptait 52 000 habitants. Elle en a perdu près de 5000 depuis dont 3600 ces 10 dernières années. Il nous faut donc aller chercher du résident nouveau, retrouver des flux dynamiques” précise t’il.

Le document présenté ce soir, et qui donnera lieu à une large concertation, a l’ambition de donner des leviers nécessaires pour donner ce nouvel élan et repeupler la ville. Cela passe notamment par une dynamisation du centre-ville avec un certain nombre de projets comme la halle alimentaire, un nouveau parking souterrain ou l’ilôt Massénat. Pour le maire, ” de nouveaux résidents, ce sont de nouveaux consommateurs et cela permettrait de changer la donne actuelle qui fait que sur 100 euros dépensés à Brive, plus de 80 le sont dans les zones commerciales périphériques”. Tout cela ne se fera pas en un jour, “c’est le travail d’au moins 2 mandats” pour l’élu, mais c’est selon lui “une nécessité pour inscrire au mieux Brive dans le triangle métropolitain avec Cahors et Périgueux, et plus largement au sein de la nouvelle grande région”.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire