L'actualité en continu du pays de Brive


Des soldes sous couvre-feu

Demain, mercredi 20 janvier, débutent les soldes d’hiver qui vont durer quatre semaines, jusqu’au 16 février. Une veille de soldes qui s’apparente à une veillée d’armes chez bon nombre de commerçants impactés par la crise sanitaire.

Reportés par le gouvernement afin de laisser le temps aux commerçants d’écouler leurs stocks à juste prix et de reconstituer une trésorerie, les soldes qui vont débuter demain s’annoncent dans une ambiance en demi-teinte. En témoignent les vitrines. À quelques heures du coup d’envoi, les affiches « journées privilèges » et « déstockage » disputent encore la devanture avec celles des « soldes » qui apparaissent.

D’autres vitrines restent ostensiblement vierges, signe de l’indécision qui règne. En ces temps incertains de Covid, chacun conjoncture entre le couvre-feu et des mesures gouvernementales redoutées. Il y a tout de même un frémissement et dans les boutiques fermées, on s’active à r-étiqueter les articles. Une veille de soldes inhabituelle avec beaucoup de commerces restés ouverts à l’affut du moindre chaland.

« Décembre a bien marché, mais on ne peut pas rattraper les 3 mois qui manquent avec le confinement », témoigne une commerçante. « L’affluence n’est pas là, alors à quoi bon ouvrir le dimanche, lors même si c’est autorisé pour compenser le couvre-feu? », s’interroge un autre. « Si les soldes démarrent bien et si samedi il y a du monde, on ouvrira peut-être dimanche. On avisera au jour le jour. »  Les « si » ponctuent les stratégies. Les uns ont décidé d’ouvrir dès 9h30 et même 9h demain matin, d’autres s’en tiendront à 10h.

À chacun aussi sa méthode pour s’adapter au couvre-feu. Quelques-uns ouvrent plus tôt. Beaucoup ont opté pour la journée continue en baissant le rideau à 17h30. De toute façon, à cette heure-là, pas question de s’attarder et de flâner en faisant du lèche-vitrine. « Les gens rentrent vite chez eux. »

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire

7 + 7 =