L'actualité en continu du pays de Brive


Des petits chevaliers à la découverte de l’épée

Recroquevillé, cet enfant a une tactique des plus défensives. Il ne veut pas être touché!

La technique de ce tout jeune enfant escrimeur est imparable. Pour ne pas être touché au ventre, il se plie en deux, recroqueville ses coudes bien serrés sur son nombril, tient bien droit son épée de mousse devant lui et fonce sur ses adversaires. A l’instar de sept autres enfants de 4 à 6 ans, il participait ce matin au 1er jour de sa semaine de stage sportif

Les stages sportifs animent les vacances de février de 110 petits Brivistes de 4 à 15 ans. Plusieurs disciplines sont proposées: l’escrime donc, mais aussi les arts du cirque, le badminton, l’éveil à la danse, l’éveil à la natation, le hand-ball, le hockey en salle, le mini-tennis, le patinage, le tennis, le tennis de table et le tir à l’arc.

La salle d’escrime, au-dessus des courts de tennis couverts jouxtant le stade Amédée Domenech, accueillait ce matin la fougue et les rires de mini chevaliers de 4 à 6 ans. Deux filles, six garçons. Protégés des coups de leurs épées de mousse par un masque, les enfants foncent tous ensemble sur le maître d’armes Benoit Maury. Cinq minutes à former une mêlée mouvante, avide de mettre à mal le grand chevalier blond. Les petits courent, frappent, font tournoyer l’arme. Sortis des masques, tout un tas de petits rires vont contaminer les mamans observant la scène de loin.

Ruée sur le maître d'armes!

Après cette séance de défoulement collectif, les enfants plongent, le souffle court, dans l’histoire de princesses, de chevaliers et de dragons racontée par Benoit, posé derrière un bouclier. Pour récupérer le feu du dragon volé par une araignée pas très sympathique, les escrimeurs doivent combattre. Un contre un, puis deux contre deux. Et enfin, quatre contre quatre.

7“Il s’agit uniquement d’une découverte ludique, car ils sont tout petits”, explique le maître d’armes. “Certains se prennent au jeu, reviennent régulièrement aux stages, et finissent parfois par adhérer au club.”

Dans les combats, les personnalités se révèlent. Il y a les fougueux, qui fouettent leurs adversaires. D’autres, plutôt qu’attaquer à tout va, font tout pour ne pas être touché, en attendant l’ouverture qui va permettre de “piquer” leur vis-à-vis. “En escrime, il y a une arme pour toutes les personnalités: les impulsifs iront plutôt vers le sabre, les plus réfléchis vers l’épée.” Impossible de savoir si, parmi les mini Zorro du jour, quelques-uns deviendront de vrais escrimeurs. Ce qui est certain, c’est que tous se sont beaucoup amusés ce matin. C’est déjà de bon augure.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire