L'actualité en continu du pays de Brive


Des lycéens imaginent le territoire de l’agglo en 2030

La finale du concours “Mon territoire à l’horizon 2030” organisée par le Conseil de développement de l’Agglo de Brive et le Rotary club Brive centre a eu lieu vendredi 3 mai. Des lycéens devaient présenter leurs idées pour imaginer le territoire de l’Agglo à l’horizon 2030. C’est en salle d’honneur de la mairie de Brive qu’ils ont été reçus. Les participants ont présenté problématiques, solutions et pistes d’actions concrètes. Des éléments qui pourraient être intégrés aux décisions du Conseil de développement sur des sujets environnementaux.

Quatre lycées de l’Agglo étaient représentés. Sur 26 lycéens inscrits, 12 ont été retenus pour la finale. Les élèves avaient carte blanche pour choisir leur sujet. Les lycéens devaient présenter un exposé oral de 5 à 10 minutes devant un jury. Quelques notes étaient autorisées et une cartographie présentant leur projet était demandée. Il était possible de passer par groupes de 3 ou individuellement et pour cela “Il faut du courage”, souligne Corinne Vignal, membre du Conseil de développement de l’Agglo de Brive.

À l’avenir, Catherine Margez-Houssin, membre du Rotary et du Conseil de développement, espère “que tous les lycées participeront”. Le but est d’écouter les jeunes afin de prendre en compte leurs idées. “Le Conseil de développement, c’est un laboratoire d’idée”, se félicite Jacques Levard, président du Conseil de développement. “Il faut absolument donner la parole aux jeunes”, a-t-il insisté. Pour Frédéric Soulier, président de l’Agglo, “Un jeune qui agit aujourd’hui, c’est un jeune qui va agir demain”.

Les lauréates de ce concours sont Célia et Laura. Ces deux sœurs ont convaincu le jury avec leur sujet sur l’eau et l’assainissement. Lycéennes en classe de sciences et technologies de la santé et du social (STI2S) à Bahuet, elles ont développé leur idée sur la valorisation de la ressource en eau. Célia et Laura souhaitent accentuer la recherche et la réparation des fuites, séparer les eaux usées entre milieu naturel et station d’épuration, remplacer les sols imperméables par des sols perméables ou semi-perméables pour une gestion durable de l’eau. Elles indiquent que si ces mesures ne sont pas prises d’ici 2030, les conséquences seront catastrophiques. “On voulait vraiment participer à ce projet-là et donner du notre !”, s’exclame l’une d’elles. Les élèves se sont vues récompensées d’un prix de 300 euros pour leur victoire en finale.

Le coup de cœur du Conseil de développement a été attribué à Ismaël. Élève au Lycée Simone Veil, il a fait preuve de courage en se présentant seul devant le jury. L’éco-délégué en terminale Hygiène Propreté Stérilisation (HPS), s’est questionné sur la possibilité de créer un écoquartier pour 2030 au sein du secteur des 3 lycées (Cabanis, Simone Veil, Bossuet). L’objectif est de promouvoir une mobilité plus verte. Ismaël souhaite également voir à l’avenir une voie verte plus sûre avec des pistes cyclables continues et sécurisées. “4 000 élèves sont concernés par ce projet”, avance-t-il.

Ce concours, qui a vu le jour en novembre dernier, est amené à être reconduit pour les prochaines années.

 

Maxence MAMY, Photos : Fatima Kaabouch

Maxence MAMY, Photos : Fatima Kaabouch

1 commentaire

Laisser un commentaire

deux × 2 =