L'actualité en continu du pays de Brive


Des élèves du Conservatoire au générique d’un court-métrage

Le Conservatoire de la Ville de Brive a participé à l’élaboration du court-métrage De sac et de corde, écrit et réalisé par l’atelier cinéma du Lycée Saint-Exupéry de Terrasson. Une collaboration inédite et originale pour laquelle des élèves du Conservatoire de Brive ont composé et enregistré la musique du film et dans lequel un élève de la section théâtre y tient un des rôles principaux.
De sac et de corde, qui porte sur un fait de Résistance dans la ville de Terrasson, sera diffusé à l’auditorium Francis Poulenc demain, mardi 21 février, à 18h30.
Rencontre avec une partie des élèves qui ont contribué à ce court-métrage, Marc Lamonzie, professeur au lycée de Terrasson qui est à l’initiative du film, et Frédéric Racine et Camille Leroy, du Conservatoire, qui ont accompagné pédagogiquement ce projet.

« L’idée de ce court métrage est née de la rencontre avec une association corrézienne “Jadis animations historiques”, dont le président Thomas Laval est un passionné de la Seconde guerre mondiale. Il m’a raconté l’histoire d’un groupe de jeunes qui, en 1943, a peint au goudron une croix de Lorraine sur le vieux pont de Terrasson. Tout part de là. Cette histoire m’a plu et j’ai décidé, en tant que coordinateur de l’atelier de cinéma du lycée Saint-Exupéry de Terrasson, de mettre en valeur cette histoire par l’intermédiaire de la réalisation d’un court-métrage. Ceci me permettait de construire un projet ambitieux pour l’atelier cinéma, de sortir de ce que nous faisions habituellement tout en mettant en avant un fait historique un peu oublié », explique Marc Lamonzie qui est également professeur d’histoire-géographie au sein du lycée terrassonnais.

Le scénario est bâti en partie grâce au témoignage d’un de ces jeunes résistants toujours en vie et résident de l’Ehpad de Terrasson, Jean-Louis Daux, que Marc Lamonzie a rencontré. La réalisation a été assurée par les élèves de l’atelier cinéma du lycée Saint-Exupéry avec la collaboration d’intervenants extérieurs en provenance de Bordeaux.

Et le Conservatoire de Brive dans tout ça ?

Le Conservatoire de Brive a été sollicité par Marc Lamonzie, ancien élève de l’établissement pour composer la musique. « J’avais eu Frédéric Racine en tant que professeur de trompette. Connaissant la qualité des enseignements dispensés à Brive j’ai demandé s’il était possible de faire appel à des élèves pour composer la musique. Frédéric m’a présenté Camille Leroy et ses élèves. On m’a également présenté Anton Sochaj, élève au Conservatoire section théâtre, qui joue le rôle de Jean-Louis Daux. »

Camille Leroy est professeur de piano et de formation musicale au Conservatoire. « Cette sollicitation tombait très bien car je souhaitais faire un projet soit de composition soit d’improvisation pour mes élèves. Faire la bande originale pour ce court métrage était le projet idéal et un projet novateur et pédagogiquement intéressant. La musique a été créée sans les images mais avec des consignes de caractère en lien avec le scénario et les scènes. Nous avons eu trois séquences sur lesquelles il fallait poser les compositions. J’ai pu constituer trois groupes avec des élèves de second cycle et de troisième cycle qui ont utilisé leur instrument de prédilection et, pour corser l’affaire, un instrument qu’ils connaissaient moins. »
Une fois la musique écrite par certains élèves – une dizaine (voir les noms de tous les élèves participants plus bas) – ce qui n’est pas une mince affaire, ces compositeurs en herbe ont présenté leurs créations à d’autres élèves du Conservatoire pour les interpréter. « Les morceaux vont de 45 secondes à 1 min 45 », assure Camille Leroy.

Cela peut paraître court mais la composition des trois séquences a tout de même nécessité, et c’est tout à fait normal dans un processus de création, plusieurs séances de travail. Mais ne le job s’est pas arrêté là. « Il a fallu bien entendu enregistrer ces morceaux. Ce qui a été fait à l’auditorium Francis Poulenc durant trois grosses journées », assure Frédéric Racine.

Anton Sochaj, 17 ans, qui rêve de devenir acteur, joue un des rôles principaux dans De sac et de corde, habitué à jouer la comédie au théâtre, c’était pour le jeune homme une véritable première expérience de cinéma qui lui a apporté une autre corde à son arc « car jouer au cinéma et au théâtre sont deux choses complétement différentes.»

Léonore Daiguemorte a composé avec Constance Daiguemorte, Romain Chambon, Safa Rezigat et Louis Jouanneaud, les parties pour la scène intitulée “A vélo”. « Le challenge c’était de faire quelque chose d’assez épique puisqu’il s’agissait d’une balade à vélo. Nous avons fait beaucoup d’improvisations jusqu’à trouver le thème parfait, beaucoup d’essais. Et on a essayé d’agencer tout ça ensemble, de trouver une logique. »

Alice Morgue, quant à elle, a travaillé sur la partie “Clip”, « le moment où les jeunes résistants prépare le matériel pour peindre la croix de Lorraine », avec Étienne Boussaroque, Camille Faivre, Aaron-Lee Moundi et Rafaël Soares De Melo. « Nous n’avons pas procédé tout à fait de la même manière. Nous avons écrit nos parties sur un logiciel avant de les jouer. Il y a eu moins d’improvisations. »

Gayané Gharagyozyan a créée la musique de « la scène stressante où le groupe de jeunes peint la croix de Lorraine », en compagnie de Mieko Taraconat, Moulay-Youssef Moufrih. « Nous avons divisé notre partie en deux. Une introduction et le thème. Chacun avait un rôle précis. Mais il y a eu beaucoup d’échanges entre nous. »

Le résultat est à la hauteur des attentes de Marc Lamonzie. « C’est vraiment excellent ! », assure-t-il.

Ce film restera sans doute une belle expérience pour tous ces élèves. De sac et de corde a été déjà diffusé au cinéma de Terrasson, le public y a été nombreux, nul doute qu’à Brive il en sera de même. Ce court-métrage sera également présenté au Concours national de la résistance et de la déportation (CNRD)*, avec peut-être à la clef, souhaitons-lui, une récompense ou au moins une reconnaissance.

PRATIQUE

De sac et de corde, d’après une histoire vraie, (12 min)
Auditorium du Conservatoire Francis Poulenc, 10 rue Massenat, Brive.

Mardi 21 février à 18h30, entrée libre et gratuite.
La diffusion sera suivie d’une rencontre avec les élèves ayant participé au projet afin d’échanger sur cette expérience inédite pour eux.

Renseignements. 05.55.18.17.80 ou conservatoire@brive.fr

 

*Institué en 1961 le CNRD est un concours scolaire qui s’appuie sur l’enseignement de l’histoire, de l’histoire des mémoires, de la Résistance et de la Déportation. Chaque année, un thème est défini, pouvant faire l’objet d’un véritable travail interdisciplinaire. Ce concours s’inscrit ainsi dans une démarche d’éducation à la citoyenneté et est une composante essentielle du parcours citoyen de l’élève. Le thème de l’édition 2022-2023 porte sur “L’école et la résistance : Des jours sombres au lendemain de la libération (1940-1945)”.

 

 

AU GENERIQUE

MUSIQUE

 

Composées et jouées par les élèves des classes de Formation Musicale de Camille Leroy du Conservatoire de Brive-la-Gaillarde (3e cycle CEM, et2e cycle 4e année), et enregistrées à l’auditorium Francis Poulenc.

Compositions:
– «A vélo» : Léonore DAIGUEMORTE, Constance DAIGUEMORTE, Romain CHAMBON, Safa REZIGAT, Louis JOUANNEAUD

-«Clip» : Étienne BOUSSAROQUE, Camille FAIVRE, Alice MORGUE, Aaron-Lee MOUNDI, Rafaël SOARES DE MELO

-«Scène du pont»: Mieko TARACONAT, Gayané GHARAGYOZYAN, Moulay-Youssef MOUFRIH

Musiciens:
Violons : Constance DAIGUEMORTE et Safa REZIGAT
Alto: Venance MICHEL
Violoncelles : Moulay-Youssef MOUFRIH et Mieko TARACONAT
Contrebasse: Ludivine DAVOUST
Flûte traversière : Léonore DAIGUEMORTE
Clarinette : Emmanuel BERTHIER
Trompette : Rafael SOARES DE MELO
Saxhorn : Aaron-Lee MOUNDI
Cor : Jonah HALLEWELL
Trombone : Aurélie TEYSSENDIE
Euphonium : Calixte RIPOLL
Guitare : Camille FAIVRE
Piano : Alice MORGUE et Gayané GHARAGYOZYAN
Percussions : Romain CHAMBON
Sifflements : Rafaël SOARES DE MELO, Mieko TARACONAT, Camille FAIVRE et Camille LEROY
Direction musicale: Camille LEROY

Enregistrement: Thierry NATTERO, Frédéric RACINE
Mixage: Etienne BOUSSAROQUE
Coordination : Frédéric RACINE et Camille LEROY

Julien Allain

Julien Allain

Laisser un commentaire

18 + six =