L'actualité en continu du pays de Brive


Des auteurs dans les classes

intro ecole bouquet

Alors que la grande majorité des écrivains s’achemine vers Brive à bord du train du livre qui arrivera à 13h54, une trentaine d’auteurs intervenaient dès ce matin dans les classes, à la rencontre des jeunes lecteurs. Ils vont animer pas moins de 120 interventions tout au long de la journée, de la maternelle au lycée. Un vendredi toujours très scolaire pour la Foire du livre de Brive. Petit tour ce matin chez les CE2/CM2 de l’école de Bouquet avec Barbara Brun et Le Fantôme de Canterville. Houuuu !

illustrationPas le moins du monde effrayés ce matin les 26 élèves de Corinne Fialip. En tout cas pas par cette histoire de fantôme finalement sympathique. “Il s’appelle Simon”, chuchote un blondinet. Ils sont tout de même un peu intimidés par la présence de la jeune illustratrice nantaise qui est venue leur parler de son métier et de son livre. “Les enfants sont toujours très curieux de découvrir comment je dessine, savoir combien de temps ça prend”, note l’auteur qui aura mis un an à créer cet album. ‘Il y avait beaucoup de croquis.” Avec Le fantôme de Canterville publié chez Marmaille et compagnie, Barbara Brun a adapté pour la première fois en album grand format un classique d’Oscar Wilde. “L’histoire n’est pas effrayante, elle est très accessible.” Un plaisir des yeux.

4“Nous avons déjà travaillé en classe, lu l’album, parlé des personnages”, explique l’enseignante. Place aujourd’hui aux travaux pratiques. Chaque enfant va dessiner le fantôme sur une grande feuille de dessin violette. “C’est plus facile d’avoir des ombres sur une feuille de couleur”, explique Barbara Brun. “Avec la craie bleue, vous faites une forme de bouteille à l’envers pour le contours du visage”, conseille-t-elle. “C’est dur”, hésite une timide CE2 qui a du mal à se lancer. Peu convaincu, un grand CM2 lorgne l’ectoplasme qu’il vient de tracer. Les sourcils, le nez, les yeux, donnent progressivement forme à chaque version du Sir Simon. “Faites aussi des rides sous les yeux parce qu’il est bien vieux. Ça fait un moment qu’il est resté enfermé. Maintenant, avec la craie verte, on va donner du volume. Vous pouvez vous amuser à illuminer le fond et étaler avec le doigt.” Un conseil qui ravit les enfants.

“Ho, mais c’est trop bien”, s’exclame finalement Aurélie. “Le visage, c’était difficile”, reconnait un autre. “Moi, je vais l’accrocher dans la chambre”, lance un grand. “Et moi devant la porte de ma chambre”, ajoute son voisin. “Vous n’aurez pas peur?”, demande la maitresse. “Je le mettrai dans le placard”, opte un timoré. “Je vais le prendre en photo et le mettre sur mon écran de téléphone”, renchérit Ethan. “N’oubliez pas de mettre de la laque pour fixer la craie”, conseille une dernière fois Barbara Brun avant de filer rejoindre d’autres enfants, ceux de l’école Lucie Aubrac à Rivet. Cet après-midi, l’illustratrice rencontrera également des 6e et 5e venus du collège d’Egletons puis des CM1/CM2 de l’école Bossuet. Une journée bien chargée.

3

dessin detail

portrait

 

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles :

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire