L'actualité en continu du pays de Brive


Défense nationale. La session 2022 de l’IHEDN en réflexion à Brive

Après une immersion au 126 régiment d’infanterie, les 50 auditeurs de la session se sont retrouvés hier soir en mairie pour aborder des questions de sécurité et notamment l’exemplaire coopération entre les différents forces qui l’assure. Éclairage sur cette singulière session qui permet à des profils professionnels variés de mieux appréhender les enjeux de la défense nationale.

La formule a largement prouvé sa pertinence puisqu’elle en est à sa 225e session. Chaque année, l’IHEDN, Institut des hautes études de la défense nationale, organise ainsi une session unique dont le principe est de rassembler des auditeurs venus d’horizons professionnels divers, universitaires, hauts fonctionnaires, entrepreneurs, journalistes, responsables syndicaux, avocats, consultants… Leur but est d’appréhender des questions de défense et de sécurité sur une thématique spécifique. Évidemment, la diversité des candidats sélectionnés contribue à la richesse de la session et à la pertinence de la réflexion collective qui se déroule sur un cycle de quatre semaines dans quatre villes différentes.

Cette année, cette 225e session se tient en Nouvelle-Aquitaine. Après La Rochelle, Limoges, et avant Bordeaux, les auditeurs se sont retrouvés en troisième semaine à Brive. Une semaine riche en travail et rencontres avec notamment une visite de Nexter à Tulle, tout une journée d’immersion, hier, à partager le quotidien des Bisons à la caserne Laporte pour finir en mairie par une table ronde débat en présence du maire sur le sujet de la sécurité publique et de la coopération des forces de sécurité dans une ville comme Brive.

Brive était un incontournable, par la présence du 126e régiment d’infanterie, très moderne, de la base de défense mais aussi, par sa position de carrefour qui permet d’aborder des problématiques sécuritaires, stratégiques et technologiques“, explique le lieutenant colonel de réserve Éric Zavras de la Délégation militaire départementale 19 qui a participé à l’organisation de cette session.

“Pour les stagiaires, c’est une grande ouverture sur ces enjeux. La session alterne les visites de sites militaires, d’installations industrielles dédiées à la défense et de sites mémoriels, comme Oradour-sur-Glane. Les stagiaires ont pu rencontrer Robert Hebras, dernier témoin du massacre.”

Les participants appréhendent ainsi le lien armée-nation dans une large globalité. Et surtout, ils travaillent en prospective. “Ils ont cinq thématiques sociétales sur lesquelles nourrir leur réflexion et ils doivent produire des rapports.” Les groupes doivent ainsi approfondir la place de l’enseignement de Défense dans les établissements scolaires, la construction du travail de mémoire, la sécurité des technologies industrielles

À l’issue de cette formation, les participants ressortiront avec le titre « d’auditeurs », un titre officiel décerné par le Premier ministre, et seront des relais de l’esprit de défense et de citoyenneté au sein de leur environnement. Un site pour en savoir plus sur cette formation et les sessions en région: ihedn.fr.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

un × 2 =