L'actualité en continu du pays de Brive


Débat d’orientations budgétaires ce soir au conseil municipal

Ordre du jour très chargé ce soir avec en point fort le DOB, Débat d’orientations budgétaires, qui sera présenté par le premier adjoint Christophe Patier. Un préalable incontournable au vote du budget prévu à la séance suivante. Parmi les 42 délibérations, il sera également question du projet d’aménagement du quartier Gaubre et du lancement de la procédure pour la réalisation d’une halle alimentaire place de Lattre de Tassigny.

 

Brive se rétablit et tient bien sa trajectoire”, résumait ce matin le maire lors de la conférence de presse précédant la séance. La Ville maintient donc le cap “au dessus des préconisations fixées il y a 3 ans par l’audit”: “l’endettement diminue pour la première fois depuis 2008”, se réjouit Frédéric Soulier. Après avoir atteint le pic des 100 millions 363 mille euros, l’endettement est ainsi tombé à 96 millions 691 mille euros au 31 décembre 2016.

Côté dépenses, l’effort a également été maintenu: “Nous avons réalisé 4,4 millions d’économies de fonctionnement lorsque l’audit en prévoyait 3,2″. La masse salariale a elle aussi diminué avec le non remplacement de 82 agents en équivalent temps plein.

“Nos recettes baissent plus vite que nos dépenses”

Mais la règle qui veut qu’on dépense moins en fonctionnement pour être capable d’investir, n’est pas forcément la panacée car pour le maire la situation est “fragile et vulnérable”: “Nos efforts restent en dessous de ce que l’État nous enlève. Il s’est retiré à hauteur de 5,4 millions sur toute cette période”. Pour autant, pas question d’augmenter l’impôt, alors même que le prévisionnel des recettes fiscales est en baisse…

La baisse de la dotation n’est d’ailleurs pas le seul écueil. “Il faut que le niveau national arrête de prendre des décisions qui faut ensuite appliquer et payer au niveau local”, dénonce le maire qui cible “l’inadéquation entre l’effort des collectivités pour redresser les comptes publics et le retrait de l’État”, mais aussi “l’absence totale de lisibilité sur l’évolution des politiques publiques”. Une situation qui conduit à un pilotage année par année alors qu’il nous faudrait au minimum une programmation triennale. Nous sommes le nez écrasé au mur.”

Malgré tout, la Ville proposera en investissement 12 millions d’euros pour 2017, au lieu des 10 millions prévus, “ça reste en dessous de la capacité à laquelle une ville de la taille de Brive pourrait prétendre”.

 

Vous pouvez également consulter notre précédent article le projet d’aménagement urbain et social du quartier de Gaubre.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire