L'actualité en continu du pays de Brive


Les Treize arches font danser la diversité en mai

crédit photo Jean-Claude Carbonne

Déployée sur trois lieux (Brive, Ayen et Montignac), la nouvelle édition de Danse en Mai, du 19 au 30, va réunir, en plus de la journée de clôture dédiée au monde amateur, une dizaine de rendez-vous, tous plus différents les uns que les autres.

Utt C ariadone SOLO DE CARLOTTA IKEDA INTERPRETE MAì ISHIWATA

Les danses s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. En salle ou en extérieur, en solo ou à plusieurs, en fanfare ou sur la pointe des pieds, du hip hop au buto… il y en aura pour tous et partout, jusqu’à Montignac et Ayen.

Symbole de cette diversité, les premiers et derniers spectacles programmés dans la grande salle du théâtre – l’hommage à Carlotta Ikeda, en ouverture le mardi 19 mai et, le jeudi 28, Empty moves, la pièce pour quatre danseurs d’Angelin Preljocaj – feront faire un véritable grand écart au public. “Ce sont là deux énergies totalement différentes“, pointe Colette Froidefont, responsable de la programmation spectacle vivant aux Treize arches.

Commencé dans la lenteur et la blancheur (le corps de la danseuse est recouvert de craie), le festival se finira en feux d’artifices avec le ballet Preljocaj, “une performance qui devrait ravir les amoureux de la danse”. Quant à la Japonaise Carlotta Ikeda, figure emblématique du buto qui s’est formée auprès du fondateur de cette danse, Colette Froidefont est heureuse de pouvoir enfin la programmer. Elle regrette seulement de le faire sous la forme d’un hommage; la chorégraphe étant décédée en septembre dernier. Au théâtre c’est Utt, son solo emblématique, qui sera joué. Celui là même qu’elle avait transmis à l’une de ses danseuses avant de mourir.

vie de familleC’est cette artiste, Maï Ishiwata, que les spectateurs retrouveront justement le lendemain, mercredi 20, dans Vie de famille: un tout autre registre. Le projet contemporain de la limougeaude Claire Durand-Drouhin a la particularité de mêler danseurs professionnels et patients psychiatriques. C’est là ce genre de croisements, que Colette Froidefont aime à appeler “chemins”, qui participent de la richesse de ce festival.

A noter également la soirée cinéma-danse proposée par le pôle régional d’éducation à l’image du Limousin Les Yeux verts, le jeudi 21 mai. Dans la grande salle seront projetés Seconde danse de Claire Durand-Drouhin, Enfin la fin de Benoît Delépine et Abracadabra, l’essai cinématographique de Philippe Découflé.

Toutes les infos sur la programmation de Danse en Mai sur le site des Treize arches.

Sur l’édition 2015 de Danse en Mai, vous pouvez aussi consulter nos précédents articles:

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire