L'actualité en continu du pays de Brive


Danse en Mai va faire sa fête au monde amateur !

Pano pour sujet danse

Le samedi 30 mai, les scènes ouvertes de Danse en Maiqui s’ouvre ce soir au théâtre, vont réunir en centre-ville une trentaine d’associations et d’écoles, révélant ainsi toute la richesse de la pratique amateur. Parmi elles, Décale et Danse en partance, des habituées, et le tout jeune Studio 5e art, que nous avons rencontrés, donnent déjà un bel aperçu de la diversité, la sincérité et la vitalité du travail engagé.

repetition danse malemort2La danse a désormais elle aussi son jour dédié. Elle va se fêter à Brive le samedi 30 mai, en clôture de Danse en Mai. Ce jour-là, de 11h30 à 17h, les places du Civoire et Jean-Marie Dauzier ainsi que les jardins de la Guierle, verront se succéder une quarantaine de quarts d’heure dansés.

De la Réunion À Bollywood, du classique au contemporain, du tango au flamenco en passant par les claquettes, la country, la salsa, la zumba, le hip hop ou encore la danse tzigane, ces scènes ouvertes seront l’occasion de découvrir la très grande diversité qui innerve les écoles et associations du territoire.

repetition danse malemort8Ce mélange des genres, il est même cultivé à l’intérieur d’un groupe, d’une chorégraphie. C’est le cas à l’école JTemps Danse de Malemort qui, avec l’association Danse en partance, entremêle le modern jazz et le contemporain avec la danse africaine. “A l’origine, ce ballet a été créé en 2009-2010 pour la première édition de Danse en Mai.” Jeanine Fauré, professeur de danse, s’est révélée très attachée à ce projet baptisé Femmes, mes sœurs. Aussi est-ce naturellement que, pour prolonger la surprise faite par ses anciennes élèves à l’occasion des 30 ans de l’école fêtés récemment, elle a choisi de reprendre ce ballet, l’enrichissant de ce que, les années passant, toutes avaient appris et reçu de la vie: les adolescentes d’hier étant devenues des femmes aujourd’hui, certaines même des mères; les études de stylisme de l’une faisant évoluer les costumes, de sage-femme et de comédienne d’autres, imprimant également leurs marques sur la chorégraphie. De même que l’arrivée d’une nouvelle danseuse qui a réintroduit pleinement l’Afrique dans le projet, ravivant la flamme du dialogue entre la femme africaine et occidentale, cœur originel de ce ballet.

Aurélie GalvanLe brassage des cultures est également au cœur de l’enseignement d’Aurélie Galvan qui vient de la danse orientale mais qui propose, dans son Studio 5e art, de l’oriental fusion : une danse mêlant aux influences indiennes et orientales, la tribal fusion et le reggaeton. Des registres qui s’incarnent dans une chorégraphie “qui pulse” avec des passages au sol musclés, convoquant l’univers de la guerre: “Les femmes ont toutes un combat à mener. Chaque matin, elles partent en guerre“, affirme Aurélie Galvan qui n’a pas cherché à faciliter la tâche à ses 10 danseuses. “Dans le groupe, certaines n’ont jamais dansé, d’autres ne se sont jamais produites en public.” Les attend pourtant un final en body-résille. Moins un piège, qu’une invitation à s’affirmer et “un hommage aux femmes”, que Jeanine Fauré et Aurélie Galvan, sans s’être concertées et dans des univers très différents, veulent rendre.

repetition danse au theatre2Par leur travail passionné, ces danseurs permettent au mot amateur de renouer avec ses racines (celle du verbe aimer) et de retrouver ses lettres de noblesse. Le regard ému que porte la danseuse professionnelle Muriel Corbel, artiste associée aux Treize arches, sur Décompensation, la dernière création de l’association Décale, vient rappeler que non, un travail amateur n’est pas dénué de valeur. “J’adore ! Leur chorégraphie me touche”. A l’appel de Michel Araujo qui a fréquenté 4 ans durant, un après-midi par semaine, l’unité pour autistes d’un hôpital psychiatrique, Nelly Glouton, Carla Philippe et Mathilde Rader sont allées à la rencontre des résidents. C’est cette rencontre “violente, parfois terrifiante, et en définitive pleine d’amour” que les danseurs ont voulu raconter en s’imprégnant in situ de leurs gestes. Transposés et répétés dans un univers à la lumière plus chaude, la musique plus mélodique, ils se sont alors transfigurés, se chargeant de beauté: “On ne va pas changer le monde mais on peut changer le regard que l’on lui porte.”

En bref, retrouvez:

  • l’école JTemps Danse et l’association Danse en partance dans les jardins de la Guierle à 16h
  • le Studio 5e art, place du Civoire à 14h45
  • Decale, dans les jardins de la Guierle à 11h30 et place du Civoire à 14h. Egalement en première partie de Vie de famille de Claire Durand-Drouhin, mardi à 20 mai à 20h au théâtre.

Toutes les infos sur la programmation de Danse en Mai sur le site des Treize arches.

Sur l’édition 2015 de Danse en Mai, vous pouvez aussi consulter nos précédents articles:

 

repetition danse au theatre1 pano

repetition danse au theatre3

repetition danse au theatre4

repetition danse au theatre5

repetition danse au theatre6

repetition danse au theatre7

repetition danse au theatre8

***************************************************************************************************

Repetition danse studio2

Repetition danse studio4

Repetition danse studio5

Repetition danse studio6

Repetition danse studio7

Repetition danse studio8

Repetition danse studio9

Repetition danse studio10

Repetition danse studio11

***************************************************************************************************

repetition danse malemort1 pano

repetition danse malemort3

repetition danse malemort4

repetition danse malemort5

repetition danse malemort6

repetition danse malemort7

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire