L'actualité en continu du pays de Brive


Danse en mai… c’est maintenant

Yoann Bourgeois, artiste associé à Danse en mai. Crédit Pascale Cholette

Avec la pandémie, il n’y a décidément plus de saison qui tienne ! Preuve avec Danse en mai… en septembre, du 1er au 12. Une édition reportée qui offre douze spectacles distillés en 35 rendez-vous pour la plupart gratuits, pour beaucoup en extérieur et à dominante arts de la piste. Une belle entame pour renouer le lien et enclencher la nouvelle saison de la scène nationale Brive-Tulle. La billetterie est ouverte. Coup d’envoi ce mercredi 1er septembre. Tout est dans le bimestriel BIM disponible dans les lieux publics, sinon sur sn-lempreinte.fr. Attention, réservation et pass sanitaire obligatoires.

“On espère connaitre une saison enfin un peu sereine”, a entamé le directeur Nicolas Blanc lors de la présentation en fin de matinée de cette nouvelle édition en présence de l’artiste associé cette année, Yoann Bourgeois. L’édition dansée se veut ouverte, accessible et décloisonnée en proposant pas moins de 30 rendez-vous gratuits pour seulement cinq payants. Beaucoup d’arts de la piste, mais pas seulement, au vu du parcours de l’artiste associé. On a déjà pu apprécier le travail et les dispositifs étonnants de cet artiste acrobate, également directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble, dans son spectacle Celui qui tombe. On pourra d’ailleurs pénétrer dans sa créativité grâce à une exposition qui se tiendra au théâtre pendant tout la durée de l’édition et qui dévoilera les dispositifs issus de son imaginaire poétique.

Racines. Crédit photo Nathalie Sternalski

L’artiste partagera un autre temps fort, à ne surtout pas manquer, avec un parcours spectacle au parc des Perrières, Tentatives d’approches d’un point de suspension, à voir tout au long d’un week-end, du 10 au 12 septembre (une navette permanente sera mise en place entre le théâtre et le parc samedi et dimanche). Le parcours est composé de 5 pièces enchaînant les rapports à la matière à partir d’un trampoline, d’un lit, d’un aquarium ou d’une simple table. Cette édition ne manquera pas de jouer avec l’équilibre et le public sera même invité à en faire par lui même l’expérience grâce à un atelier participatif de 30 minutes, fort justement intitulé Démocratie, qui sera proposé plusieurs fois afin de drainer un maximum de participants.

Il y aura des souffleurs de poésie, drôles de commandos équipés de longs tubes de bambous joliment appelés “rossignols”. Des chanteurs d’oiseaux spécialistes des imitations de toutes plumes vous emmèneront en balade spectacle. Un étrange bonhomme, chaussures de ski aux pieds, accordéon en main, jouera les lonesome acrobates. Il y aura encore un surprenant couple fin observateur de l’animalité équine, un désopilant chorégraphe du bois… Autant de pièces comme autant de regards portés sur notre monde et notre rapport au corps dans un espace donné. Les pièces vont ainsi se réinventer les divers espaces. Une façon aussi pour le public de se les approprier autrement. Bien sur, place sera donné aussi aux pratiques amateurs réunies lors d’une soirée spéciale.

Côté pratique, l’Empreinte a tout fait pour drainer un maximum de public dans le respect des consignes sanitaires. Beaucoup de spectacles se déroulent en extérieur, la plupart sont gratuits, certains ont même lieu à la pause méridienne. Mais il faudra obligatoirement réserver, même en extérieur (sauf déambulation) et évidemment présenter le pass sanitaire. Des navettes seront également mises en place (1 euro l’aller-retour et il faudra aussi réserver). Quant aux représentations payantes, le billet se situe dans une fourchette de 8 à 10 euros, avec un pass à 20 euros pour les cinq spectacles. Voici un avant-gout en vidéo de cette édition de danse en septembre.

“Il est important que le spectacle vivant nous accompagne dans cette rentrée et nous permette de nous retrouver”, a renchéri Philippe Lescure, maire adjoint à la Culture. Danse en mai servira aussi de lancement d’une nouvelle année que l’on espère plus sereine. Des présentations de saison auront d’ailleurs lieu dans le prolongement des spectacles de Danse en mai, mais aussi autrement, dans les théâtres, à l’extérieur, autour d’un goûter, au grand air… Au total, 14 présentations pour établir le dialogue. Il y aura même un “État général”, un jeu de pistes géant, alternativement à Tulle puis à Brive qui rassemblera habitants, spectateurs, artistes et professionnels de la culture. Une autre forme de rentrée en matière dans une saison qui mêle les genres et les publics.

La programmation se dévoilera, comme la saison dernière, de deux mois en deux mois, annoncée par le bimestriel BIM. Le numéro 1 donne le ton. On trouvera des rendez-vous reprogrammés comme Abd Al Malik dans Le Jeune Noir à l’épée ou  La Beauté du geste. avec le Théâtre des 13 Vents et le CDN de Montpellier.

Une des dernières soirées de Carnaval © Brigitte Enguerand

À ne pas manquer non plus Une des dernières soirées de Carnaval de Goldoni, porté par Clément Hervieu-Léger qui a reçu en 2020 pour cette mise en scène le Grand Prix du théâtre du Syndicat de la critique. Il y aura bien sûr de la musique, de la danse, des spectacles jeune public… Bref tout ce qui fait l’esprit d’une scène nationale. Certains rendez-vous seront programmés plusieurs soirs de façon à pouvoir attirer un plus large public.  À vous de faire votre début de saison.

Programmation, spectacles, jours, horaires, tarifs sur sn-lempreinte.fr. Billetterie en ligne ou aux théâtres de Brive et Tulle (du mardi au vendredi de 13h à 17h, samedi de 10h à 13h et 1 heure avant le début de représentation).

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire