L'actualité en continu du pays de Brive


Daniel Pennac: “Joie de lire et joie de vivre” à la Foire du livre

daniel-pennac-pano

Il est l’un des écrivains préférés des Français. Daniel Pennac est le président de la 35e édition de la Foire du livre de Brive. Le créateur de la saga Malaussène qui associe “joie de lire et joie de vivre” à La Foire du livre, voit dans l’événement l’occasion de “sortir de sa solitude de lecteur et d’auteur” et de faire rayonner sa gratitude: “Celle que je ressens personnellement quand je referme un livre qui m’a comblé.”

Daniel Pennac succède à Danièle Sallenave. La présidente de la 34e édition lui passera le relais vendredi 4 novembre à 18h sur le forum Alain Gazeau; ce même lieu, où quelques heures auparavant, à 15h, le lauréat du Prix Renaudot 2007 pour Chagrin d’école sera à l’honneur à l’occasion d’un grand entretien.

Pour cette 35e édition, Daniel Pennac a choisi d’inviter 6 auteurs qui lui tiennent à cœur: des jeunes écrivains d’aujourd’hui Jean-Marc Ceci (Monsieur Origami, Gallimard) et Alexandre Postel (Les deux pigeons, Gallimard). Ils seront réunis dimanche 6 novembre lors d’une rencontre organisée au Théâtre à 10h. Le britannique Jonathan Coe (Numéro 11, Gallimard) et Jean-Marie Laclavetine (Et j’ai su que ce trésor était pour moi, Gallimard), au cœur de rencontres au Théâtre samedi à 16h pour le premier, dimanche à 10h pour le second, seront aussi de la partie. De même que les Italiens Antonio Moresco (Les incendiés, Verdier) et le journaliste Fabio Gambero, réunis eux samedi à 15h au forum Alain Gazeau.

“Je n’oublierai jamais ma lecture de Les deux pigeons ni celle de Et j’ai su que ce trésor était pour moi. Après quelques pages de leurs derniers romans, ces écrivains qui sont deux amis personnels, m’ont fait le plaisir de disparaître; je les ai lus comme si je ne les connaissais pas. Happé par l’œuvre au point que l’auteur n’est, momentanément, plus personne. Personne d’autre que son écriture.”

De son propre aveu “lecteur obsessionnel si le livre (le) passionne, papillonnant s’il ne (l)’accroche pas”, Daniel Pennac est surtout un amoureux de la lecture à haute voix. Amour que l’enseignant d’hier a puisé dans l’observation de ses élèves: “Elle les a souvent réconciliés avec la lecture silencieuse. A titre personnel, ajoute-t-il, j’aime la voix de ma femme et c’est une bonne lectrice.”

A la question “pourquoi lire ?”, Danièle Sallenave avait répondu l’an dernier que, “comme la bicyclette, c’est un mouvement qui donne de l’équilibre. Et qui élargit le souffle, la respiration”. “Oui, c’est une jolie métaphore, commente celui qui assure savoir ce qu’il doit à la lecture. Nous autres lecteurs lisons pour l’expansion d’être que nous en tirons et nous lisons contre tout ce qui nous contraint, cela va de la pluie à la prison en passant par les deuils, le cancer et les fâcheux.

Le président prévoit-il de lire pendant le week-end ? “J’ai plutôt l’impression qu’après ces journées bien remplies je m’effondrerai sur mon lit. Peut-être rêverai-je que je lis ? Ça m’arrive.” Reste que, sensible au charme de l’écriture de Jean Giono qu’il admire, Daniel Pennac offrira samedi, en son honneur, une soirée au théâtre intitulée “Au bonheur des livres.” En ouverture de sa lecture des Récits de la demi-brigade, le président a aussi souhaité présenter deux courts textes: le préambule d’Une petite robe de fête de Christian Bobin et Ecriverons et liserons de Jean-Marie Laclavetine. Probablement un temps fort de cette 35e édition.

Plus d’infos sur l’événement sur le site officiel de la Foire du livre de Brive.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire