L'actualité en continu du pays de Brive


Covid-19. Le Plan Blanc déclenché dans toute la Nouvelle-Aquitaine

“Face à la circulation très active du virus et l’augmentation des hospitalisations“, le directeur général de l’ARS Nouvelle Aquitaine a déclenché le Plan Blanc, niveau 2, dans tous les établissements de santé de la région. Ce plan permet notamment la déprogrammation des opérations chirurgicales non urgentes, le rappel du personnel soignant et administratif pour déployer des capacités supplémentaires de prise en charge.

“Les indicateurs de suivi de l’épidémie dans notre région exposent notre système hospitalier à des risques de saturation”, indique le communiqué de l’ARS. “L’impact de ces taux d’incidence élevés ayant un retentissement 2 à 3 semaines après sur les hospitalisations, leur augmentation devrait encore se poursuivre.” Les départements les plus impactés restent ceux du littoral :Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Landes et Charente-Maritime.

Dans ce contexte “et pour adapter sans délai l’offre de soins et garantir une bonne prise en charge des patients Covi19 et non-Covid19”, Benoît Elleboode, directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, a déclenché le Plan blanc (niveau 2) dans tous les établissements de la région, public et privés. Ceux-ci doivent donc organiser les déprogrammations nécessaires, tout en veillant à une réévaluation régulière du patient pour éviter toutes  pertes de chance. Il est aussi question de “renforcer en personnel les établissements les plus impactés, grâce à une solidarité forte inter-établissement et interdépartementale”.

Tous les 15 jours, la situation sera réévaluée pour alléger le dispositif, si l’évolution de l’épidémie le permet. Dans cette période de brassage de la population et de retrouvailles familiales et amicales, l’ARS rappelle que “la meilleure arme pour nous protéger et protéger nos proches des formes graves du Covid reste toujours la vaccination. Elle doit intervenir dès maintenant pour créer une immunité collective et faire barrière aux variants le plus rapidement possible. Il est également indispensable de continuer de respecter les gestes barrières dès que cela est nécessaire“.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire