L'actualité en continu du pays de Brive


Coupez l’eau aux moustiques tigres

Présent dans notre commune, le moustique tigre fait l’objet d’une surveillance renforcée car il peut être vecteur de virus. Pour limiter sa prolifération, le service hygiène et santé de la Ville vous incite à supprimer toutes les eaux stagnantes. Vous pouvez aussi participer à la surveillance.

Il est très petit, environ 5 millimètres. Ailes et trompe comprises, il ne dépasse pas une pièce d’un centime. Et pourtant c’est une grande source de nuisance. Sa piqûre est très douloureuse et peut vous transmettre dengue, chikungunya ou zyka. Surtout qu’il peut très vite proliférer: chaque femelle pond en effet quelque 200 œufs qui, au contact de l’eau, donnent des larves. C’est là qu’il faut agir. D’autant que ce moustique étant un piètre voyageur se limitant à moins de 150 mètres, celui qui vous pique est donc né dans votre proche environnement.

Seule parade efficace: vous devez éliminer les endroits où l’eau peut stagner, même en très petite quantité et ce, à l’intérieur comme à l’extérieur.

“Nous informons les habitants sur les précautions à prendre. Il faut surtout éviter les petits points d’eau stagnante comme les vases, coupelles, rigoles, gouttières… L’équivalent d’un bouchon d’eau peut suffire”, explique Davis Rama, chef du service Hygiène et santé. “En période estivale, nous recevons beaucoup d’appels concernant la présence du moustiques tigre”, constate l’inspecteur de salubrité. “Nous invitons aussi la population à une vigilance citoyenne en visitant notre site internet ou la page internet du site de l’Agence régionale de santé dédiée à ce sujet afin de freiner ou empêcher l’implantation du moustique tigre sur notre commune.” Le site: https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/moustique-tigre-aedes-albopictus-et-lutte-anti-vectorielle.

“Par ailleurs, notre service a également sensibilisé les autres services de la mairie intervenant sur le domaine public, comme les espaces verts, écoles, services techniques, CCAS, afin ils veillent à éviter les dépôts d’eaux stagnantes”, précise Davis Rama. “Étant également centre de vaccination, nous veillons avec notre médecin, à sensibiliser les voyageurs qui partent aux Antilles et autres pays chauds à une vigilance pour éviter les piqures.”

L’insecte est dans le viseur de l’ARS Nouvelle-Aquitaine qui déploie chaque année, pendant la saison active du moustique, de mai à novembre, un réseau de pièges pondoirs permettant la détection du moustique. “Ces pièges visent à analyser leur extension en zone urbaine.”

Vous pouvez vous aussi participer à cette surveillance afin de mieux connaitre sa répartition et compléter les actions mises en place. Si vous pensez avoir vu un moustique tigre, vous pouvez signaler sa présence, idéalement en y joignant une photo, sur le portail mis en place par l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire. Sachez le reconnaitre: il a des rayures noires et blanches (pas de jaune) sur le corps et les pattes.

Signalez directement la présence du moustique tigre sur signalement-moustique.fr. Quelques questions vous aideront à mieux savoir si vous êtes en présence de cette espèce car attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, et tout moustique n’est pas un moustique tigre.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire