L'actualité en continu du pays de Brive


Coup d’envoi de Danse en Mai, demain jeudi 11

Du 11 au 30 mai, la 8e édition du festival Danse en Mai porté par les Treize arches, programme une pléiade de rendez-vous, dont une grande partie en extérieur et gratuits.

C’est un festival désormais indissociable du mois de mai qui danse comme il lui plaît. L’espace d’une quinzaine, Danse en Mai va déferler en force au quatre coins de la ville et même au-delà.

Parmi les temps forts d’une programmation dense et très touffue, on peut citer Jean, solo pour un monument aux morts joué en extérieur vendredi 12 à Montignac devant l’édifice commémoratif et sur la place du Civoire à Brive, le lendemain.”Un spectacle bouleversant où le corps d’un danseur tourmenté par la guerre évolue au son d’un texte sur la guerre de 14-18″, explique Colette Froidefont, responsable de la programmation spectacle vivant aux Treize arches.
La compagnie Dyptik présente elle D-construction, un écho artistique aux révolutions, transcendé par le hip-hop. Présenté vendredi 19 dans la cour du collège Jean Moulin à Tujac, ce rendez-vous témoigne d’une volonté de décentraliser la programmation dans des quartiers de la ville.

C’est un autre quartier qui est à l’honneur dimanche 7 mai à 16h: les Chapélies, où une répétition publique est programmée place Nelson Mandela. Baptisée Invisisibles rêveurs, la manifestation dansée portée par Muriel Corbel, artiste associée au Théâtre, va réunir samedi 13, dès 18h au Civoire, une centaine de danseurs amateurs dont une grande partie de jeunes de la Maison des ados, l’école de Rivet et des Chapélies. A noter que dans le cadre de la Biennale de photographie et de danse de la compagnie Pedro Pauwels (les 26, 27 et 28 mai), les spectateurs sont invités à prendre des photos du spectacle et à les envoyer à l’adresse: pepau@libertysurf.fr. Les clichés seront projetés vendredi 26 à 18h30 au Théâtre.

Pour la première fois, la biennale de danse et de photographie de la Cie Pedro Pauwels rejoint la programmation de Danse en mai. Durant le week-end de l’Ascension, elle propose des performances dansées et tables rondes ainsi que différentes expositions du 11 au 28:”L’homme qui danse/danse masculine” d’Olivier Houeix et Nathalie Sternalski au magasin Cultura, avenue de Paris et “La Danse en vitrine” d’Olivier Soulié, exposée dans les boutiques du centre-ville et devant lesquelles seront proposées performances et improvisations samedi 27 à 15h et 17h.

A l’occasion de la résidence de la compagnie Hors Série du 13 au 20 mai,  l’après-midi du mercredi 17 est dédiée à la danse hip-hop. De 16h à 20h sur le parvis du théâtre, un “plateau émergence” invite des danseurs à se produire en public et devant un jury. A 20h30, ils laisseront la place à Issa Sanou, pour Baara, le premier projet du jeune artiste burkinabé de la compagnie Koubi.

Enfin, samedi 20 mai, entre 10h et 17h, plus d’une vingtaine de formations et associations se produisent sur la place de la Halle et du Civoire dans le cadre des scènes ouvertes. Du hip-hop à la country, en passant par le classique, l’orientale, le contemporain ou encore le modern jazz, tous les styles de danse pratiqués par les danseurs amateurs du cru sont mis à l’honneur.
La 8e édition de Danse en Mai, c’est tout cela mais ce sont bien d’autres choses encore: projection au Rex, concerts, créations, avant-scènes, bal urbain…
Toute la programmation sur le site officiel des Treize arches. A noter qu’en en cas de pluie, des replis sont prévus pour les spectacles joués en extérieur.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire