L'actualité en continu du pays de Brive


Conseil municipal: orientation budgétaire et Règlement local de publicité

intro panneaux publicitaires

Ce n’est qu’à 21h que le conseil municipal a adopté hier soir le nouveau Règlement local de publicité. Trois heures après l’ouverture de la séance qui a vu rebondir le débat d’orientation budgétaire à force de joutes verbales. Et ce n’aura pas été les seuls échanges électriques de la soirée.

 

vue sur la ville de briveCe premier conseil municipal de l’année aura vu le retour autour de la table d’André Pamboutzoglou, puisque Philippe Nauche, élu à la Région, a démissionné de son mandat municipal. Un retour pour l’élu communiste qui est arrivé avec des arguments bien affutés, comme ses colistiers de l’opposition, afin d’aborder le débat d’orientation budgétaire, préalable incontournable au vote du budget qui aura lieu lors de la prochaine séance.

Christophe Patier a détaillé la trajectoire poursuivie entre “des marges contraintes“, avec la baisse de la dotation de l’Etat, l’encours de la dette et la volonté de ne pas augmenter les impôts. Le premier adjoint chargé des finances a salué le “vigoureux effort” accompli par les services sur les dépenses de fonctionnement (voir également notre précédent article L’orientation budgétaire en débat ce soir au conseil municipal). “Même si la situation reste tendue, notre bon résultat sur les économies nous permet de remettre plus d’argent dans l’économie locale: nous investirons cette année 11 millions d’euros au lieu des 10 prévus.” Des investissements qui porteront sur de nombreuses opérations: le reste à payer du centre nautique, l’accessibilité des bâtiments, la redynamisation du cœur de ville, la bibliothèque des Chapélies, le centre de supervision urbain et les locaux de la police municipale, la halle alimentaire, le restaurent scolaire Salvandy…

“On tient le cap”, estime Christophe Patier, dans un contexte servi par une structure “saine” de la dette, sans emprunt toxique avec effet de levier. “La décrue du stock de dette devrait être plus rapide. Notre trajectoire était crédible.” Pas forcément pour l’opposition qui a bataillé ferme sur les choix d’investissement, notamment sur la halle alimentaire. “Vous avez augmenté les tarifs municipaux au-delà des besoins d’équilibre”, s’offusque Frédéric Filippi, demandant au passage des nouvelles du réseau de chaleur et du projet biomasse. “Quand cette situation de pénurie va-t-elle cesser?”, s’inquiète Alain Vacher. “Les mesures d’austérité nous entraîne vers toujours plus de régression”, renchérit Martine Contie en condamnant la vision d’un “personnel pris comme une variable d’ajustement”. Vous pouvez suivre en vidéo ces débats sur le site brive.fr en cliquant ici.

panneaux rue ile du roiLes esprits bien échauffés sont revenus à une belle unanimité trois heures plus tard pour adopter la mouture définitive du règlement local de publicité, “une dernière présentation et la réglementation sera applicable dans quelques semaines”, a expliqué Jean-Pierre Vernat, adjoint en charge de l’aménagement urbain, lors de la présentation de la délibération. L’objectif de ce RLP est de “préserver le cadre de vie, son patrimoine paysager ou architectural”, en rendant moins agressifs les supports publicitaires dont il faut bien reconnaitre la profusion.

“Il ne s’agit pas de tout supprimer”, a précisé Thierry Vlimant du bureau d’études qui a réalisé le règlement. Le spécialiste est venu rappeler brièvement les grands lignes du document après les modifications apportées à la marge par la procédure de consultation tant du public que des services de l’Etat, Architecte des bâtiments de France compris. La nouvelle donne prévoit toutefois des lieux d’interdiction totale, dans les espaces naturels, les entrées de ville et le centre-ville (en reprenant les limites de l’AVAP, l’Aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine).

Sur le reste, elle vise une diminution selon des grand principes: pas de regroupement de panneaux et un format qui passe de 12m2 à 8m2. A ces règles quantitatives s’en ajoutent des qualitatives. Les panneaux lumineux n’échappent pas à ce RLP avec une extinction de 23h à 7h.

“Toute nouvelle publicité devra s’y conformer dès l’entrée en vigueur”, a confirmé Jean-Pierre Vernat. Les publicités existantes auront un délai de 2 ans et les enseignes commerciales 6 ans. “Ça va dans le bon sens”, se félicitait André Pamboutzoglou qui s’inquiétait toutefois, revenant sur le débat d’orientation, du consécutif manque à gagner pour la Ville avec les taxes afférentes.

Vous pouvez consulter en vidéo les délibérations, en tout ou parties, de ce conseil municipal sur le site de la Ville en cliquant ici.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire